Le sujet du choix que doivent faire des joueurs maghrébins expatriés entre la sélection de leur pays d’accueil ou de naissance et celle du pays de leurs parents et de coeur n’a jamais quitté l’actualité et le débat. Et le Maroc ne fait pas exception.

Il y a quelques semaines avec l’aveu de son hésitation entre le Maroc, l’Algérie( sa mère est algérienne)  et la France, le milieu offensif de Nîmes (21 ans)  s’est  attiré  certains commentaires aigre-doux et beaucoup d’incompréhension. Questionné à propose de sa propre experience, Karim Al Ahmadi, actuel joueur d’Al Ittifak clubs de la Saudi Pro League et ancien milieu du FC Twente et le Feyenoord avoue qu’en ce qui le concerne, ll n’a jamais éprouvé le monde doute : « J’ai toujours eu l’envie de jouer pour le Maroc, a-t-il confié  dans un entretien relayé par le site lionsdelatlas.com, j’étais sur le point d’être appelé avec les grands des Pays-Bas. J’ai rapidement changé de direction en optant pour le Maroc U20 après qu’ils aient montré de l’intérêt pour moi. Aider le Maroc à devenir plus grand était l’un de mes objectifs ».

Karim Al Ahmadi

Karim Al Ahmadi

Le natif d’Enschede  ajoute qu’il n’en a éprouvé que de la joie et du plaisir:  « C’est un sentiment unique et indescriptible que j’avais à ce moment. J’étais très bien au courant que les  Oranjes c’était quelque chose de grand. Des participations à la Coupe du monde à chaque édition, des grands joueurs, etc. Mais j’avais l’unique envie d’aider le pays de mes parents à  réaliser quelque chose de grand ». Il ajoute pourtant que ces derniers ne l’ont aucunement influencé :  « Ils  m’ont toujours dis ‘choisis ce que tu veux’. Le choix international c’est très dur pour un binational. Après avoir fait le choix t’aura toujours un côté qui sera content, et l’autre côté qui te boycotter ». Il faut rappeler que l’Eredivisie est la ligue européenne qui alimente le plus la sélection chérifienne  tant le vivier de talents marocains est d’une richesse incroyable dans ce pays.

@2022mag.com