Malmenée durant les trois quarts de la saison en Ligue 1, souvent proche de la relégation, la JS Kabylie a une occasion unique le  mardi 1er mai de sauver son parcours 2077-2018  voire de  finir en beauté en remportant la Coupe d’Algérie qui la fuit depuis 2011. Mais pour cela, il faudra dominer l’USM Bel Abbès qui disputera la deuxième finale de son histoire.

Et l’entraîneur des Canaris y croît: « La JSK a une revanche à prendre, puisqu’elle s’est fait battre il y a 27 ans par l’USMBA dans une finale où pourtant les Kabyles étaient largement favoris, a confié Youcef  Bouzidi dont l’arrivée tardive a fait beaucoup de bien au club kabyle dans les colonnes de l’APS, mais en football on ne peut jurer de rien. J’ai également une revanche personnelle à prendre sur le sort puisque je reste sur une finale perdue en 2016 avec le NA Husseïn-Dey face au MC Alger (0-1) qui m’est restée en travers de la gorge ».

Youcef Bouzidi

Youcef Bouzidi

Certainement pour libérer les esprits, l’ancien entraîneur du MO Bougie et de l’ASO Chlef de a fait comprendre qu’un éventuel échec ne ressemblera pas forcément à un drame: « Nous sommes très fiers de notre parcours. Personne n’a donné cher de notre peau. Donc, le fait d`avoir atteint la finale de la Coupe d`Algérie reste une performance. Personnellement, je me prépare aux deux scénarios : la victoire et la défaite ». Nul doute cependant que la bande de se dépouillera sur la pelouse du stade olympique du 5 juillet d’autant qu’un succès signifierait aussi une qualification pour la prochaine édition de la Coupe de la Confédération.

@2022mag.com