Conseiller sportif auprès de la Palestine, l’ancien secrétaire général adjoint de la FIFA Jérôme Champagne se réjouit de la participation des Fedaii à l’Asian Cup. En exclusivité, il nous a livré ces quelques mots.

 

« La Palestine, c’est un miracle footballistique d’abord. La question proche orientale est un problème fascinant. Pendant les onze années passées à la FIFA et comme je suis diplomate, le président Blatter m’avait demandé de faire intermédiaire entre les deux fédérations (Israël et Palestine, NDLR) afin de trouver des solutions.

Lors de la première visite sur place en novembre 1999, le président avait été reçu par Yasser Arafat, puis plus tard par Shimon Peres. Après l’élection du Hamas en 2006, le siège de la fédération a été fermé. Pendant près de vingt ans, aucun championnat ne s’est terminé là-bas. En 2008, le siège a été fermé à Gaza. Il n’y avait plus de championnat, pas de stade aux normes et l’équipe nationale jouait à l’étranger. On a commencé à collecter de l’argent. Avec l’élection à la tête de la fédération du président Rajoub, les choses ont repris : premiers stades, premiers matches à la maison, lancement de la Ligue pro (WBPL).

Quand j’ai quitté la FIFA en janvier 2010, j’ai commencé à travailler en tant que conseiller de la Palestine en septembre de la même année. On a mis en place un programme avec la Fédération. Aujourd’hui, cela fait quatre saisons que le championnat se termine. L’équipe nationale évolue à domicile depuis mars 2011, le premier match fut contre la Thaïlande en éliminatoires des JO. Elle a aussi accueilli l’Afghanistan en éliminatoires de la Coupe du monde 2014.

Alors cette qualification pour l’Asian Cup, c’est un miracle et un fête pour un peuple qui a besoin de dignité et de liberté. »

 

2022mag.com