Le sélectionneur de ‘Arabie Saoudite est conscient de l’effet désastreux causé dans le pays par la déroute des Faucons Verts  face à la Russie. Et ce qui le hante, c’est de faire oublier cela en réalisant un grad match et une grande performance merecrdi face à l’Uruguay, une formation présumée encore plus forte que la Russie.

 Juan Antonio Pizzi refuse de revenir sur les menaces de sanctions proférées par les diirigeants contre des joueurs et le staff technique : « Je ne veuxvraiment pas avoir d’opinion sur ce que les gens disent, a-t-il tranché en conférence de presse,nous aussi sommes très critiques à propos de notre premier match. Je suis la personne la mieux  placée pour le reconnaître ici et je veux changer la perception que les gens ont maintenant de cette équipe. Dans mon esprit, il est clair  que ces joueurs m’ont démontré qu’ils pouvaient rivaliser. Nous avons joué contre des équipes très fortes et nous avons souvent  montré un bon  niveau de compétitivité ».

Il faut rappeler qui est reproché aux joueurs saoudiens, c’est une absence de combativité voire d’agressivité lorsque le niveau s’élève. Et c’est cela que le technicien argentin veut absolument gommer. L’Uruguay est l’adversaire idéal pour monter que la leçon a été retenue :   » Nous devons démontrer que nous avons la capacité de rivaliser, surtout contre une équipe combative. Nous devons rivaliser avec la même énergie qu’eux et c’est ce que nous allons essayer de faire ». Mais la tache s’annonce tout de même compliquée face à une équipe qui possède quelques prédateurs magnifiques à l’image du Barcelonais Luis Suarez et du parisien Edison Cavani.

@Cheikh Mabele