Le champion d’Asie sortant a dominé sans forcer les Lions de Canaan, dont c’était le premier match dans une phase finale d’Asian Cup.

 

A Newcastle, le round d’observation aura duré… 45 secondes ! Le temps nécessaire aux Samourai Blue du Japon pour se présenter devant Ramzi Saleh, le capitaine et gardien de but palestinien.

Le premier but japonais intervenait logiquement quelques minutes plus tard sur une frappe à ras de terre et dans l’axe de Endo, non surveillé (8e). Pris de vitesse sur chaque accélération, les Palestiniens réagissaient rapidement par Ashraf Nu’man, avec une frappe non cadrée.

A la 25e minute, Okazaki doublait la mise de la tête, sur une frappe de Kagawa dont il déviait la trajectoire dans un étonnant réflexe (2-0). Keisuke Honda se chargeait de corser l’addition (3-0) peu avant la mi-temps sur un penalty logique (42e), où il trompait Saleh d’une frappe à contre pied. Une impression se dégageait alors : celle d’avoir vu les Palestiniens spectateurs de leur propre rencontre.

Dès la reprise, le défenseur Yoshida s’offrait un petit plaisir en inscrivant un nouveau but pour ce Japon séduisant, discipliné et très efficace. Bien plus fort que JDT, le club malaisien battu la semaine dernèire (4-1) en amical à Sydney… Sans repères dans cette compétition, la Palestine était dominée dans tous les compartiments du jeu. Elle terminait même la rencontre à dix, après l’exclusion de Hamed Harbi (73e). Dans le temps additionnel, Ramzi Saleh multipliait les parades, preuve que la motivation est demeurée intacte jusqu’au bout.

Moins impressionnés et surtout moins naïfs sur le plan défensif en seconde période, les Palestiniens ont tout tenté afin d’inscrire leur premier but dans cette compétition mais le Japon faisait bonne garde, jusqu’au bout. Mais la Palestine n’a pas été ridicule et elle est sortie sous les applaudissements. L’apprentissage se poursuit vendredi 16 contre la Jordanie.

 

@2022mag.com