Contre toute attente, l’Iraq s’est qualifiée pour les demi-finales aux dépens de l’Iran mondialiste après un match fou (3-3 après prolongation) et 7 tirs au but à 6. Elle affrontera la Corée du Sud à Sydney. Récit.

 

C’est à un match absolument fou que le public de Canberra a été convié. Un match très animé, avec des retournements de situation et surtout, des buts. A l’arrivée, ce choc entre voisins a parfaitement tenu ses promesses.

En première période, la Team Melli dominait globalement les débats, face à des Iraqiens timorés, presque empruntés. Comme s’ils étaient impressionnés par l’aura de leurs adversaires mondialistes. Logiquement, l’Iran ouvrait la marque de la tête par Sardar Azmoun, préféré à Reza Ghoochannejhad (24e),

Très vite, l’Iraq répliquait et Younus Mahmoud, le vétéran et capitaine, était tout proche d’égaliser. Sa frappe au second poteau était repoussée du pied par Haghighi (27e). Trop statiques, les Iraqiens avaient globalement du mal à s’approcher de la cage adverse.

Un coup du sort voyait le défenseur iranien Pooladi se faire exclure pour addition de cartons jaunes (43e), ce qui provoquait une colère folle de Carlos Queiroz, son sélectionneur. Menée à la pause, l’Iraq  est revenue en seconde période avec de grosses intentions.

A la 49e, c’est d’abord une frappe des 25 mètres de Yaser Kasim qu’Haghighi claquait au dessus de sa barre. Le gardien iranien récidivait quelques instants plus tard sur un centre aérien dangereux de Hussein.

Ce qui devait arriver se produisit dans la foulée : un centre côté gauche de Zahra était manqué devant le but par Mahmoud. Ahmed Yasin, qui avait suivi au second poteau, égalisait à bout portant (1-1) dans un stade déchaîné (57e) !

Pendant une demi-heure, il n’y avait plus qu’une équipe sur le terrain, l’Iraq. Totalement libérés, les Lions de Mésopotamie devaient pourtant se résoudre à aller en prolongation. C’est là, dès le début (93e), qu’ils trouvaient  la faille sur un nouveau centre venu de la gauche, et conclu au deuxième poteau par une tête plongeante de Mahmoud (2-1) !

DIx minutes plus tard, l’Iran égalisait sur un corner frappé de la droite et repris de la tête par Pouraliganji (103e, 2-2). L’Iran, même réduite à dix, démontrait qu’elle avait encore de la ressource. Mais l’Iraq insistait, et à la 114e, obtenait un penalty logiquement transformé par le jeune Dhurgham (116e, 3-2).

Incapables de résister à la pression d’Iraniens surmotivés, l’Iraq cédait à la 119e sur un nouveau corner, qui avait vu son gardien monter. D’abord, un premier ballon était sauvé sur la ligne par un Iraqien, puis Pouraliganji expédiait un missile sur la barre ; le ballon revenait sur la tête de Ghoochannejhad, entré en jeu, qui égalisait à bout portant (3-3) dans une ambiance indescriptible !

La fin de match, confuse, en raison de la nervosité des équipes et de la fatigue accumulée, voyait l’arbitre prolonger les débats jusqu’à la 127e minute. Puis venait la loterie des tirs au but. A l’issue des cinq premières tentatives, les équipes étaient à égalité (4-4). C’est finalement l’Iran qui craquait la première, et Salam Shakir, le défenseur central, envoyait l’Iraq en demie (7-6) à l’issue du 16e penalty !

@Samir Farasha, à Sydney