Même dénué de tout intérêt pour la suite du tournoi, ce match disputé sous une fine pluie et devant un parterre minimaliste s’est révélé intéressant, même si Qatar et Bahrain étaient d’ores et déjà éliminés de la compétition. Les coaches en profitaient pour faire entrer trois nouveaux éléments de part et d’autre, dont un gardien pour Bahrain, Al Doseri.

Entamé sur un rythme plutôt élevé, le match voyait les Bahraini démarrer très fort : un centre de Aaish trouvait la tête piquée de Jaycee Okwunwanne, repoussée par Qasem Burhan, le gardien qatarien (6e). Le Qatar répondait à ce mouvement par une belle occasion pour son naturalisé Ghanéen, Muntari. Ce dernier, lancé par Al Haydos, croisait trop sa frappe (19e).

Cinq minutes plus tard, les deux mêmes joueurs étaient tout près de marquer pour le Qatar : coup franc d’Al Haydos pour la tête de Muntari repoussée par la transversale.

Bahrain ne s’en laissait pas compter et le milieu offensif Shubbar, démarqué au second poteau, voyait sa tête repoussée par la base du poteau de Qasem (29e) ! Bahrain insistait et finissait par marquer sur une action d’école : accélération puis centre en retrait du remuant Aaish, à destination de Shubbar. Ce dernier avait le temps de pivoter et de frapper du gauche à ras de terre pour l’ouverture du score (35e).

Juste avant la pause, le Qatar trouvait le moyen de rater une balle d’égalisation toute faite : Khoukhi frappait au but à bout portant, mais voyait Al Doseri, le gardien bahraini, repousser le ballon de la tête. Fâché, Djamel Belmadi rentrait dans le vestiaire remonter les bretelles à son groupe, peu inspiré jusque là malgré une possession du ballon largement supérieure (66%)..

La seconde période démarrait sur les mêmes bases : un Qatar décidé à marquer, mais qui tombait sur un gardien très inspiré : Al Dosari réalisait une nouvelle parade sur un duel à bout portant avec Khoukhi (49e). Muntari égalisait quelques minutes plus tard, mais le but était annulé pour une logique position de hors-jeu.

La rencontre tombait alors dans un faux-rythme, jusqu’à l’égalisation qatarienne sur un coup franc d’Al Haydos, certainement le plus dangereux ce soir. Il marquait des vingt mètres d’une frappe croisée, que le mur, dont tous les joueurs avaient sauté, laissait filer sous lui… (68e).

Revigoré, le Qatar tentait enfin de prendre l’avantage. Mais comme bien souvent quand on n’y arrive pas, on s’énerve. L’inexpérimenté Muntari s’en prenait au poteau adverse après une tête non cadrée ou pour une frappe non cadrée seul devant le gardien. Puérile…

Bahrain semblait se résigner à ce match nul, reculait nettement et prenait de moins en moins de risque. Mais le destin capricieux se chargeait de tout changer : à la 82e, Sayed Ahmed, sur une rare incursion, expédiait une frappe lobée de 25 mètres dans la lucarne opposée de Qasem, le gardien qatarien. Un but que nul n’avait vu venir, pas même le portier, trop avancé…

Le Qatar quitte donc la Coupe d’Asie sans une seule victoire en trois matches, lui qui en fut quart-finaliste il y a quatre ans chez lui. Une déception immense sans doute pour son sélectionneur Belmadi, qui avait remporté en novembre dernier la Coupe du Golfe à Ryad, face à toutes les nations arabes présentes en Australie…

 

@Samir Farasha, à Sydney