Il n’y a rien de plus parlant que les chiffres pour mesurer la gravité du phénomène de la violence. Ceux qui symbolisent le hooliganisme qui a pollué l’environnement du football algérien durant la saison 2013-2014 sont édifiants et inquiétants. 148 matches ont provoqué des blessures à 673 personnes dont 424 policiers, 56 joueurs et 22 arbitres. Soit 216 blessés de plus que la saison précédente. Les dégâts matériels ne sont pas en reste: 155 véhicules dont 95 appartiennent aux services de sécurité ont été détruits ou brûlés. Au niveau de la répression, les forces de police ont arrêté 316 personnes dont 50 mineurs. Les chiffres de la saison 2014-2015 ne promettent pas une amélioration. En novembre 2014, il y eut, souvenons-nous, un décès. Celui du joueur camerounais Albert Ebossé lors du match de Ligue 1 disputé  à Tizi Ouzou entre la JS Kabylie-USM Alger.

@2022mag.com