A l’évidence le milieu offensif marocain Adel Taarabt est revenu de loin depuis que son club actuel, le Benfica Lisbonne, a fini par lui faire confiance après une entame difficile qui a duré presque deux ans. Mais depuis la prise en main du groupe par l’entraîneur Jorge Jesus, le Lion de l’Atlas respire beaucoup mieux. Il a gagné sa place dans l’équipe et semble apaisé, heureux peut-on dire, dans l’un des trois plus grands clubs lusitaniens.

Dans un entretien exclusif et intense accordé au magazine Record, il a raconté d’abord  ses doutes et puis sa renaissance  : «Quand je ne jouais plus, j’ai pensé à arrêter. J’étais fatigué. Je n’aime pas qu’on juge sans connaître. Je ne jouais pas depuis deux ans, mais tous les jours, des articles sortaient sur moi pour dire que j’avais fait quelque chose de mal. Moi, ça ne me dérangeait pas, mais ça touchait ma famille. Il y a tellement de gens faux dans le football. Tellement ! Je ne suis pas comme ça. Si je ne t’aime pas, je te le dis en face. Si tu ne m’aimes pas, dis le moi. Ne fais pas de détours, comme un serpent, je n’ai pas le temps. Mais quand tu es franc et direct, les gens pensent que tu es méchant ».

Une chose est sûre, le natif de Fès qui a également évolué en Premier League  ( Tottenham, Queens Park Rangers, Fulham) et en Italie (Milan AC, Genoa) a surtout appris a connaître l’ingratitude de ses courtisans alors qu’il était sous les feux des projecteurs: «J’étais à Lisbonne, j’allais m’entraîner avec l’équipe B et je rentrais chez moi pour voir des matchs de foot. J’ai perdu presque tous mes amis. Quand tu es au top, tout le monde veut être ton ami. Quand j’étais en bas, il n’y avait plus personne à mes côtés. Je suis très généreux, j’ai un grand cœur, j’emmenais tous mes amis en vacances avec moi autour du monde, je payais tout. Quand j’étais mal, j’ai compris ce que mon père me disait : « les vrais amis sont ceux qui te font pleurer, pas ceux qui te font rire. Maintenant, j’ai trois ou quatre amis, mais j’ai appris. Mon père me dit que la meilleure chose qui te soit arrivée Adel, c’est d’avoir signé à Benfica et d’avoir vécu ces moments-là. C’est la vérité. Benfica a été la meilleure chose qui me soit arrivée». Avec Benfica, le Lion de l’Atlas a été sacré champion  du Portugal en 2019 et et vice-champion en 2020.

@2022mag.com