L’attaquant international ghanéen Gyan Asamoah , 35 ans, a sans doute été le joueur  étranger qui a le plus marqué de son empreinte les Emirats arabes unis après avoir évolué durant cinq saisons sous les couleurs d’Al Ain. et d’Al Ahli. Mais c’est au sein de la première équipe qu’il a le plus flambé en collectionnant titres nationaux et records individuels. En l’espace de quatre saisons (2011-2015) à Al Ain ,  Gyan   a inscrit   128 buts en 123 matches et a aidé le club à remporter trois titres de champion et une  de Coupe du Président. Il  a également  remporté trois trophées de meilleur buteur de l‘Arabian Gulf League reprises le Golden Boot des Émirats arabes unis et a été le meilleur buteur de la Ligue des champions comme il a été meilleur finisseur de la Ligue des champions en 2014.

Al Ahli Dubaï

Cosmin-Olaroiu

 Alors que la fin de sa carrière de joueur n’est plus trop loin,  Gyan  affirme avoir vouloir  devenir entraîneur. Et il explique  que cette forte envie lui a été insufflée par son passage à Al Ain où il a connu deux coaches de très haut niveau  comme il l’a confié dans  un entretien accordé à un magazine ghanéen : « Honnêtement, je vais essayer d’obtenir une licence d’entraîneur parce que j’ai la fibre du coaching. Je sais comment entraîner. Je sais que je peux être un très bon coach, mais je sais aussi que je  dois suivre le processus de formation. Comme entraîneur, j’aimerais faire la synthèse de ce que j’ai reçu comme joueur. Ainsi, je suis un admirateur  de  Cosmin Olaroiu, l’entraîneur qui m’a entraîné à Al Ain. Il est roumain. il n’est pas très connu en Europe. Et puis j’ai beaucoup appris de Zlatko Dalic, qui a emmené la Croatie en finale de la Coupe du monde 2018. Il était aussi  mon entraîneur à Al Ain « . Le joueur qui a disputé trois coupes du monde consécutivement  (2006, 20010 et 2014) et inscrit 51 buts avec les Black Stars ne l’a pas promis dans l’interview, mais on le voit pas, le momen venu,  opter pour autre chose que le style chatoyant et offrensif.

@ Cheikh Mabele