images-6

Venu soutenir la sélection jordanienne, le prince Ali Bin Al Hussein, s’est longuement exprimé ce samedi à   Canberra devant la presse internationale qui couvre l’Asian Cup 2015. Il a surtout évoqué sa candidature à la présidence de la FIFA et le défi qu’il lance au président sortant, le Suisse Sepp Blatter. Pour lui, il ne fait aucun doute que les partisans du changement sont nombreux au sein de la FIFA.” Je sais que ma candidature est un grand défi.Mais, dans les mois à venir, je compte bien aller écouter et discuter avec toutes les associations membres de la Fédération. Je n’irai pas par pour dicter quelque chose, mais pour expliquer et défendre le programme que je dévoilerai le moment venu.”

Par ailleurs, le dirigeant jordanien a tenu à préciser qu’il s’est porté  candidat pour débloquer une situation sclérosée et non pas pour faire carrière. Il pourrait donc être l’homme d’un seul mandat: ” Si je me lance dans le ring, c’est parce que je cherche à apporter un réel changement. La FIFA en tant qu’organisation a tendance à être un peut secrète. Nous devons être ouverts et gagner la confiance afin de rassembler tout le monde.” Enfin, Ali Bin Al Hussein a tenu a préciser qu’il ne roule pour personne. Sans doute en réponse à ceux qui affirment qu’il est l’homme du patron de l’UEFA, le Français Michel Platini.

@2022Mag.com

«