Le Prince Ali Bin Al Hussein, Jordanie, candidat à la présidence de la FIFA  dont l’élection aura lieu le 29 mai prochain, a accusé son actuel président, Sepp Blatter, d’abus de pouvoir et d’intimidation et de pratique du favoritisme. Le dirigeant jordanien, lui-même vice-président pour l’Asie de l’institution basée à Zurich, reproche en clair à son adversaire de profiter de la dépendance des associations nationales des subsides de la FIFA pour engranger les voix. Il propose de revoir la façon d’aider les fédérations dans le besoin en confiant cette mission au Conseil d’administration qui statuera au cas par cas et dans la transparence. Aujourd’hui, insiste le Prince Ali Bin, les associations ont peur de perdre cette aide qui dépend du bon vouloir du président.