Il a été le premier à déposer sa candidature à l’élection présidentielle de la FIFA prévue le 26 février 2016. Maintenant qu’il connaît les profils de ces quatre adversaires, le Prince Ali Bin Al-Hiussein pense qu’il a les moyens de s’imposer : ‘ Je suis convaincu que je peux gagner l’élection parce que je crois avoir les meilleures idées pour le futur de la FIFA et que j’ai la foi dans les associations nationales qui n’ont plus un certain poids sur leurs épaules”. En clair, le dirigeant jordanien estime que les conditions de vote ont changé puisqu’il ne peut plus y avoir un vote en bloc des confédérations: « Ces dernières, assure-t-il,  ne peuvent plus contrôler les votes individuel. J’ai des soutiens qui arrivent de partout dans le monde”.  Outre le Prince Ali, les autres candidats sont l’Italien Gianni Infantino, le Sud-africain Tokyo Sexwale, le Bahreïni Sheikh Salman Bin Ibrahim Al Khalifa et le Français Jérôme Champagne.

@2022mag.com