Alors qu’il doit se présente jeudi devant la commission d’éthique , le président suspendu de la FIFA, Sepp Blatter, s’est dit choqué par l’annonce de sa probable condamnation par le porte-parole de cette même commission “ Oui. C’est choquant, s’insurge-t’il dans un entretien exclusif accordé au quotidien français Libération, comme il est choquant de voir fuiter dans la presse les conclusions de la chambre d’instruction du comité d’éthique , qui n’ouvrent que deux possibilités : deux ans de suspension et 160 000 francs suisses d’amende, ou suspension à vie.” Il n’y a aucune confidentialité dans cette opération. Or, c’est un des points fondamentaux du code d’éthique : je le sais puisque j’ai créé ce comité d’éthique. Il est dit que, si ses membres manquent de confidentialité, la commission de discipline doit suspendre les personnes concernées ». Après l’indignation contre ces manquements à l’éthique de la commission d’éthique, le dirigeant Suisse réitère qu’il ne craint rien parce qu’il n’a rien à se reprocher  “ : dans le football, je n’ai jamais de ma vie fait quelque chose que je devrais me reprocher sur le plan de la conscience – on parle d’éthique – ou sur le plan du droit – on parle de pénal. Je peux aller devant n’importe quel tribunal avec la conscience tranquille ». Entendu jeudi 17 décembre par la chambre de jugement de la FIFA, Blatter connaîtra le verdict le lundi 21.

@2022mag.com