Malgré la défaite  à Cotonou face au Bénin (0-1) dans le cadre de la quatrième journée des éliminatoires de la CAN 2019, l’équipe d’Algérie est revenue avec quelques satistifactions individuelles. Outre la très solide performance de Mohamed Farès (22 ans)  le défenseur latéral  du club italien  SPAL 2013 , il y eut les fulgurances  d’Adam Ounas, entré en fin de match et dont  une   frappe lourde  dans les derniers  instants a trouvé le transversale et aurait pu changer le résultat final. Le milieu offensif de Naples est revenu sur sa prestation et se dit tout de même confiant pour la qualification  :  » Je suis déçu, même très déçu, a-t-il commencé par dire dans les colonnes du site algérien lebuteur.com, forcément une défaite ne fait jamais plaisir, on espérait faire beaucoup mieux. On savait que cela n’allait pas être facile. Jouer en Afrique, c’est toujours compliqué, mais on doit apprendre à s’adapter. On avait les moyens de revenir mais malheureusement ,on est passés à côté ».

Mais  la déception ne signifie pas l’abattement précise-t-il :  » On reste très optimistes car on a encore toutes nos chances. C’est vrai que le Togo est allé battre la Gambie et revient dans la course mais on sait aussi qu’on préserve nos chances bien intactes. On a les cartes en main, à nous de bien faire les choses lors des deux prochains matchs. La confiance est là, c’est le plus important. On va travailler encore lors des prochains stages pour progresser et corriger les erreurs ». En vérité, le meilleur scénario pour la bande à Djamel Belmadi serait de remporter match contre le Botswana à domicile  en novembre prochain et espérer un partage des points entre le Togo et le Bénin. Ce qui éliminerait automatiquement les Eperviers de Lomé  et transformerait le match Togo – Algérie programmé en mars 2019 en une simple formalité.

@2022mag.com