C’est un Djamel Belmadi plus détendu, très souriant même, qui s’est présenté devant les médias en din d’après-midi pour évoquer la manche retour du barrage de Coupe du monde contre le Cameroun. Nous étions loin de la crispation notée avant le départ en stage  du groupe des Fennecs  à Malabo. Il faut dire qu’entre temps, l’Algérie est revenue de Douala avec un succès dans les bagages et une option pour la qualification.

Souriant et disponible donc, Belmadi n’a pas manqué se montrer aussi une certaine prudence dans les propos comme pour rappeler à chaque instant que rien n’était fait et que tout le monde, joueurs, staff technique, journalistes et supporters doit raison garder et respecter la haute qualité de l’adverdaire camerounais. Ces derniers, selon lui, ne peuvent pas ne pas être remontés après le scénario du match aller : «Je ne sais pas s’ils sont blessés, mais c’est sûr qu’ils sont déçus, ils avaient une série d’invincibilité à domicile. En résumé, ils avaient autant de raisons pour être déçus, ils sont sûrement remontés ».

Fennecs : finir le travail  à Blida

Fennecs : finir le travail à Blida

Mais le sélectionneur algérien ne s’est pas contenté d’avoquer l’état d’esrit des adversaires, il a souligné leur qualités sportives et mentales : «Ils sont performants individuellement et collectivement, ils ont beaucoup d’atouts pour faire mal, l’équipe est dangereuse dans plusieurs secteurs de jeu, on connaît leur jeu offensif, leurs coups de pied arrêtés, leurs joueurs aussi, on est hyper concentrés sur ces aspects-là, et sur ce deuxième match ».

Interrogé sur le parralèle que l’on pourrait faire avec le match compliqué que ses Fennecs avaient disputé à l’automne dernier   contre le Burkina Faso sur cette même pelouse du stade Tchaker de Bllida  dans le final de la phase de groupes, le natif de Champigny n’a pas nié qu’il y a en effet quelque chose de ressemblant : « Oui, le match du Burkina nous permet de vivre ce qu’on va vivre aujourd’hui, donc il y a une petite ressemblance, mais là ça sera plus fort, du moment qu’on est à 90 minutes d’une Coupe du monde, il y a un cheminement de 90 minutes à franchir, aujourd’hui on est à un match d’une qualification à la Coupe du monde, donc évidemment beaucoup d’excitation ». Le boss technique des champions d’Afrique 2019 peut compter sur un groupe quasiment au complet. Seul le défenseur latéral Ramy Bensebaïni, suspendu après avoir pris un carton jaune à Douala, fera défaut. Pour le remplacer, Belmadi a préféré rappeler l’attaquant Saïd Benrahma  (West Ham) qui renforcera le pouvoir offensif des Verts.

@Cheikh Mabele