En Algérie comme dans la plupart des pays d’Afrique, on le sait,  la politique n’est jamais loin du sport et spécifiquement du football. Voilà pourquoi la sortie du ministre de la Jeunesse et des Sports algérienne n’a pas étonné. Dans une déclaration à l’agence Algérie Presse Service, El Hadi Ould Ali a d’abord  invité tous les Algériens  à rester derrière les Fennecs car il reste selon lui une chance de qualification: « Il faut laisser la sélection nationale jouer toutes ses cartes et nous devons croire en la qualification. Il faut avoir bon espoir, car nous aurons à disputer une rencontre décisive face au Sénégal, d’où l nécessité d’éviter les jugements hâtifs ». Plus étonnant, le ministre  ne s’est pas interdit de s’immiscer dans les affaires de la Fédération en défendant nommément le sélectionneur : « Je rejette les appels au limogeage du sélectionneur national Leekens qui ne doit pas assumer, seul, toute la responsabilité, car il est nouveau à son poste. Nous devons, par contre, tirer les enseignements de l’expérience de l’ancien sélectionneur Halilhodzic, artisan des gloires de l’équipe nationale et du football algérien ». Le ministre annonce  par ailleurs que son département  se réunira avec les responsables de la fédération algérienne de football pour faire un bilan de la campagne gabonaise de l’équipe d’Algérie. Une façon de peser avant les prochaines élections à la présidence de la FAF ?  Il faut rappeler que Mohamed Raouraoua est candidat  à sa propre succession ? A suivre.

@Cheikh Mabele