Entre Sofiane Hanni et le désormais sélectionneur Rabah Madjer cela n’a pas été l’amour fou. L’attaquant du Spartak Moscou n’avait pas apprécié d’être sorti sans explication lord du match face à l’Iran (1-2). Du coup, il n’avait pas été rappelé pour les deux derniers matches contre le Cap Vert (3) et le Portugal (0-3).  En attendant la nomination d’un nouveau patron technique sur le banc des Fennecs, l’ancien joueur d’Anderlecht  est revenu sur le trou noir  traversé par la sélection.

Pas adepte de tirer sur l’ambulance, il estime que les joueurs ont une part de responsabilité dans l’échec : « Nous ne sommes pas irréprochables et le mieux pour nous est justement de bien nous comporter lors des prochains matches pour devenir irréprochables sur le terrain », a-t-il confié dans un entretien accordé au site lebuteur.com.

En clair, le sélectionneur ne doit pas être le bouc émissaire tout désigné :  » Je pense aussi qu’on n’a pas le droit de mettre toutes les responsabilités sur le dos de telle ou telle  personne. Les premiers responsables, c’est nous. On doit se remettre en cause et se poser la question et se demander  si on a tout  donné pour la sélection (…) Nous sommes  les acteurs sur le terrain et on se doit de mieux faire.  Ma réponse est claire, la meilleure façon de s’en sortir est de nous remettre en cause et ne pas jeter la responsabilité sur un tel ou un tel ».

Voilà un discours que sera ravi d’entendre  et surtout de voir appliquer  au quotidien  le prochain sélectionneur dont on connaître ka nom sans doute à la fin du mois de juillet.

@2022mag.com