Tout les suiveurs de l’équipe d’Algérie se souviennent de l’épisode Milovan Rajevac. Cet entraîneur serbe débarqué quelques semaines seulement après sa prise en main des Fennecs à l’été 2016. Et cela, suite à une révolte du groupe. Sofiane Feghouli avait alors été « désigné » par la rumeur comme étant à l’origine de la mutinerie. Sans aller dans le coeur de  l’affaire, le joueur de West Ham vient de confirmer qu’il n »avait pas eu d’atomes crochus avec l’ancien sélectionneur du Ghana : Je suis un joueur comme tous les autres, je me dois de répondre présent quand on fait appel à moi lorsqu’il s’agit de défendre les couleurs de mon pays, a confié le natif de au site comppetitiondz.com, maintenant quand quelque chose touche l’intérêt de l’équipe d’Algérie, c’est tout à fait dans mon droit de le dire. Sans rentrer dans les détails, des choses ne me plaisaient chez cet entraîneur, et j’ai dit en toute liberté et en ayant la conscience tranquille que ce fut une erreur de l’avoir ramené. Maintenant ce n’est ni à moi ni à un autre joueur de décider de l’avenir ou de l’identité d’un coach. Il y a une fédération en place qui a cette prérogative, la suite concernant Rajevac tout le monde la connaît ». Il faut rappeler qu’après le départ de ce dernier auquel avait succédé le Belge Georges Leekens, Feghouli avait clairement été mis à l’écart et n’avait pas pris par  à la CAN 2017.

@2022mag.com