En première mi-temps, le Qatar, privé de six titulaires dont le brillant Khalfan, a affronté une équipe algérienne globalement  frileuse. Après un début de match prometteur ponctué par cinq corners et une possession de balle importante, l’équipe de Gourcuff s’effrita. Des passes qui n’arrivent pas devant et des hésitations inquiétantes derrière. La paire axiale Chafai – Medjani n’a clairement pas fonctionné. Du coup, l’attaquant qatari Ali Asad se donna à coeur joie et manqua d’ouvrir la marque à trois reprises avant ce poteau de Karim Boudiaf .

L’ inconsistance de l’Algérie est sanctionnée par un but d’As Sad (32’), auteur d’un festival au milieu de cinq défenseurs adverses. Ce but eut le mérite de faire sortir les Fennecs un peu de leur torpeur – sans pour autant produire un jeu satisfaisant – pour enfin venir inquiéter le gardien Claude Amine.

Yacine Brahimi porta par deux fois (35’ et 37’) le danger dans le camp qatari.  Mais la possession du ballon exposait les Fennecs à des contres dangereux. Comme cette intervention   désespérée de Azzedine Doukha devant le raid de Muntari.  1-0,  ce n’était pas cher payé à la mi-temps pour les hommes du technicien breton.

Ces derniers abordent la deuxième période avec plus de mordant et mettent une grosse pression sur la défense des “Annabis”. Le gardien Amine sauvant d’une claquette un magnifique ballon de Mahrez (52’), puis une tête de Medjani sur un centre de Brahimi (58’). De l’autre côté, Doukha sauva une balle dangereuse en la renvoyant d’une tête plongeante à la Neuer (61’), encore une fois devant Muntari.

C’est à l’heure de jeu que Gourcuff décide de faire rentrer Mehdi Lacen et Brahim Chenihi à la place de Taider et de Mahrez. La domination algérienne est totale, mais les Qataris restent devant au score et dangereux en contres. Les occasions algériennes se firent moins nombreuses dans le dernier quart d’heure. Les Qataris ont défendu leur acquis avec une grande abnégation. Ils se sont même permis de porter l’une des dernières piques par Youssef Ahmed (90’), repoussée par un Doukha bien meilleur qu’en première mi-temps.. Cette première sortie de l’Algérie depuis la CAN 2015 est une copie brouillonne où les essais nombreux n’ont pas été assez concluants. Les Fennecs doivent clairement  une revanche à leur fans mardi prochain contre Oman. Quand au Qatar de Djamel Belmadi,il a fait preuve d’une belle combativité et d’une supériorité évidente sur le plan physique.

@2022mag.com