Une page est-elle en train de se tourner dans la vie de l’équipe d’Algérie ? Oui, si l’on les déclarations de Sofiane Feghouli, l’un des cadres  de l’équipe, en conférence de presse de l’avant match contre le Cameroun. A une  question importante concernant la mise à l’écart  (provisoire ? ) de trois éléments phares de l’équipe, en l’occurence  Riyad Mahrez, Islam Slimani et Nabil Bentaleb,le joueur de Galatasaray a répondu de façon clinique; Sans émotion particulière ni signe de solidarité. Et il l’a expliqué/: Moi, je ne suis pas là pour défendre telle ou telle personne, a-t-il tranché,  sincèrement, lorsque j’ai été mis à l’écart, personne ne m’a défendu et personne n’a pris la parole dans ce débat. Il y a des décisions qui ont été prises. Moi je suis là pour porter le maillot et rien d’autre. J’ai toujours cette joie de venir ici. J’ai le même état d’esprit. C’est comme à mes débuts. Je suis venu et je n’ai rien demandé. Je donne tout ce que j’ai. » L’ancien joueur de Valence et de West Ham ne pouvait pas être plus clair.

L'Algérie de Rais M'Bolhi    éliminée du Mondial 2018

L’Algérie de Rais M’Bolhi éliminée du Mondial 2018

Avant de confirmer en filigrane ce que d’autres, notamment le président de la Fédération, Kheireddine Zetchi et le gardien de but Raïs Mbolhi avaient laissé entendre  au soir de la défaite contre a Zambie (0-1), le manque d’engagement et le relâchement d’une fraction du groupe des Fennecs:  . Il y a un match important ce week-end et les joueurs sont motivés et sont de qualité pour remplacer les absents. Par exemple, on a Farès, Ferhat, Bennacer, Bendeka et Benguit. Des joueurs qui ont faim. Ceux qui ne sont pas là, les absents ont toujours tort. Il faut tourner la page et c’est comme ça. On a beaucoup de joueurs capables de postuler. Les résultats n’ont pas été à la hauteur et on le sait tous. J’ai vu des joueurs qui mettaient beaucoup d’intensité pour défendre le maillot national. On sait que ce sera difficile et on a besoin du peuple. Ceux qui remplaceront les absents vont faire le nécessaire pour mouiller le maillot et c’est le plus important. Après, s’il y a des résultats, tant mieux. Il faut être solidaires et arrêter de parler des écartés. Faut passer à autre chose. »Cela ressemble fort  au discours d’un capitaine qui refuse d’être solidaire de présumés mutins. Nul doute que samedi à Yaoundé le comportement de l’équipe  sera scruté à la loupe par tous les suiveurs de cette sélection à la dérive depuis quelques mois.

@2022mag.com