L’ES Tunis, championne en titre, est un solide leader au tiers de la présente saison de Ligue 1, pourtant son entraîneur semble un peu fatigué de la remise en cause permanente de son travail alors que lui met en avant son palmarès:  «J’ai toujours voulu me faire plaisir. Je ne peux pas travailler dans ces conditions, a confié  Faouzi Benzarti en conférence de presse, il faut que j’arrête le football. L’EST n’a pas atteint les demi-finales  ( ndlr, en Ligue des champions) depuis 2013. Cette année, nous avons terminé en tête de notre groupe et avons fait un bon parcours. Je suis toujours là par respect envers Hamdi Meddeb. J’espère qu’il me limogera. Je ne suis pas à l’aise. » Ce malaise clairement  exprimé ne l’empêche cependant pas de  dire  combien il aime le groupe de qualité avec lequel il travaille tous les jours:  » Sept joueurs espérantistes sont internationaux et ça me fait plaisir. J’ai toujours cherché à améliorer les joueurs, à les faire  passer à un autre palier. Il est important que les joueurs s’améliorent sur le plan mental. Les résultats suivront ».

@2022mag.com