Son contrat se termine le 30 juin et il ne l’a pas renouvelé, pourtant, à l’heure du bilan d’une saison formidable, l’entraîneur Mohamed Kouki, parle aussi avec passion de l’avenir proche l’ES Métaloui, quatrième de la Ligue 1 : « Il faut un budget supérieur. Notre club ne compte que sur la Compagnie des phosphates de Gafsa pour survivre, a-t-il expliqué  à nos confrères du quotidien tunisien La Presse, à présent, le public ne va plus admettre de voir ses favoris rejouer pour le maintien, leur unique objectif jusque-là. Moyennant trois ou quatre renforts, l’Etoile de Métlaoui peut se maintenir au top. Une garantie : tous les joueurs vont rester, à part Aymen Ayari et Atef Mezni qui négocient la prolongation de leur contrat, et Khaled Gharsellaoui qui va revenir de prêt à l’Espérance de Tunis. Mais une solution pourrait être trouvée afin que ce joueur très important signe définitivement pour Métlaoui”. Dans cet entretien bilan d’une grande dignité, le coach a tenu à rendre hommage à un joueur en particulier, Atef Mezni, dont il a loué les nombreuses qualités : “Sur la longueur de toute la saison, le meilleur a été à mon avis Atef Mezni. Quelle régularité et quelle santé ! Il a joué la totalité des 30 matches du championnat et la seule rencontre de coupe que nous avons disputée, ne se faisant jamais remplacer. Il n’a jamais été suspendu ou subi une blessure grave. Quand j’étais à  Béja, il avait déjà démontré une hygiène impeccable. Je ne crois pas qu’il y ait eu un joueur dans notre championnat qui a réussi pareille performance.” Du coup, l’on comprend pourquoi Kouki insiste pour que l’ESM le retienne. Un élément d’expérience qui sera très utile la saison prochaine pour un club qui aura deux missions difficiles. D’abord conserver une place dans le top 5 national, ensuite faire un bon parcours dans la Coupe de la Confédération africaine à laquelle il participera pour la première fois dans son histoire.

@2022mag.com