Attendu,  recherché, scruté par les journalistes qui couvrent le stage de l’équipe de France à Clairefontaine, l’attaquant Franco-Algérien Nabil Fekir n’a pas eu l’occasion de reparler de sa valse hésitation entre les sélections de France et d’Algérie. D’ailleurs, le  chef de presse des Bleus, Philippe Tournon, veillait au grain. La communication est vraiment verouillée auteur du néo international. Le Lyonnais s’est donc contenté  de dire qu’il était  impressionné par le statut et la qualité de ses nouveaux coéquipiers : « Je ne suis pas quelqu’un qui se met de la pression, mais quand on arrive, on voit qu’il y a beaucoup de grands joueurs et il y a forcément une pression qui s’installe. Mais je suis quelqu’un qui vient pour apprendre, pour essayer de bien s’intégrer. » Pour rappel, Nabil Fékir avait été retenu dans le groupe des Fennecs par Christian Gourcuff auquel il avait donné son accord. Avant de se rétracter au benefice de l’équipe de France de Didier Deschamps. Une attitude qui avait provoqué une grande émotion et deception en Algérie. Et un grand ouf de soulagement de l’autre côté de la Méditerranée.

 

@2022mag.com