Appelé à disputer un deuxième match de Champions League   face à l’ES Sétif quinze jours après avoir affronté l’USM Alger (0-1), El Merreikh est resté en Algérie. Cela a donné l’occasion à son entraîneur franco-italien, Didier  Garzitto , de mettre sur la place publique le différent financier qu’il a depuis un an avec le CS Constantine et de menacer de porter l’affaire devant la justice: “mon argent n’est toujours pas dans mon compte personnel pour des raisons administratives que la direction du CSC est censée régler. Si ça perdure, je  serai dans l’obligation de recourir à la justice pour faire valoir mes droits. » Garzitto a même expliqué pourquoi il était revenu entraîner les Sanafirs une deuxième fois alors qu’il y avait déjà ce différent : «si  j’étais revenu au CSC la saison précédente, c’est parce que le club me devait de l’argent pour le compte de l’exercice d’avant, malheureusement les choses n’ont pas marché comme je le souhaitais, et je me suis retrouvé de  nouveau contraint de plier bagage. »

Pour le moment, le CS Constantine n’a pas réagi aux accusations de son ancien coach. Dans le même entretien accordé à l’agence officielle Algérie Presse Service,  Garzitto s’est permis de faire un clin d’œil à l’USM Alger : « c’est l’unique club que je trouve bien structuré en Algérie, et si l’occasion se présente un jour devant moi pour entraîner cette formation, je répondrais par l’affirmative. » Tiens, justement, l’équipe usmiste est toujours à la recherche d’un entraîneur étranger, même si le Belge Georges Leekens est annoncé tout proche.

@2022mag.com