L’information est tombée peu avant 17h, lundi. La mission de Hossam El-Badry n’aura pas duré bien longtemps. Bien qu’il ait qualifié les Pharaons pour la prochaine phase finale de la CAN au Cameroun lors des dernières journées, à la faveur notamment d’un double succès sur le Togo, l’expérimenté technicien a été limogé par la fédération égyptienne.

Les autorités de l’EFA n’ont guère goûté la performance de la sélection égyptienne à Franceville (1-1). L’égalisation à la dernière minute ne masque pas les carences et les insuffisances de cette équipe constellée de talents issus du Zamalek, du Ahly mais aussi d’Europe, à l’image de son capitaine Mohamed Salah de retour dans le onze de départ pour la circonstance.

122350_med_hossam_el_badry

Nommé en septembre 2019, il y a donc à peine deux ans, en remplacement du Mexicain Javier Aguirre,El-Badry n’avait jamais dirigé les Pharaons A jusqu’à sa nomination. Technicien clivant par ses choix et sa stratégie pragmatique, l’ancien boss du Ahly ne comptait pas beaucoup de soutiens ni parmi le public ni chez les anciens internationaux, parmi lesquels Ahmed Hossam Mido. 

Ce dernier, dès la fin de la rencontre contre le Gabon (1-1) dimanche soir, n’a pas hésité à égratigner les choix de l’ex-sélectionneur, et sa composition d’équipe, même s’il appelait à sa démission, en tout cas à son départ. « Je ne suis pas favorable à l’arrivée de Nelo Vingada, a-t-il ensuite déclaré sur son programme radio. Plutôt à Ehab Galal en revanche, voire à Hossam Hassan… »

Le remplaçant d’Al-Badry sera en principe nommé puis annoncé sous 48 heures selon un communiqué publié par l’EFA.

@Samir Farasha