Le nouveau patron des Pharaons, Hector Cuper, n’a jamais entraîné en Afrique ni dans le monde arabe, et cela inquiétait certains du côté du Caire. L’Argentin a tenu a rassurer les sceptiques en expliquant, lors de sa présentation officielle à la presse, qu’il n’a pas fait ce choix par défaut : « Je suis très heureux de travailler ici. Je n’ai pas hésité quand j’ai reçu l’offre. L’Egypte est un grand nom sur le continent, avec une grande histoire ». Cuper explique aussi qu’il a bien potassé son sujet avant de signer son contrat : « Je sais beaucoup de choses sur le football égyptien. Il y a beaucoup de talents et de bons joueurs et je sais comment traiter avec eux ». N’ayant pas échappé à la “Salahmania” du moment, l’ancien coach du Milan AC a tenu à calmer l’euphorie : “ J’ai suivi les derniers matches de la Fiorentina. Salah est un bon joueur, a-t-il coupé, mais une équipe de football comprend onze joueurs, pas seulement un ». A noter que l’Argentin a paraphé un contrat de trois ans avec pour mission une qualification au Mondial 2018. Toutefois, une clause précise que les deux parties pourraient se séparer avant si les Pharaons ne validaient par leur billet pour la CAN 2017. Une quatrième absence consécutive au rendez continental constituerait en effet un énorme camouflet.

@2022mag.com