Le défenseur latéral gauche d’Orlando City en MILS, Amro Tarek,avait fait partie du groupe élargi à 35 Pharaons retenus par Hector Cuper pour préparer le Mondial 2018, mais il  n’a pas fait partie des 23 qui ont fait le voyage en Russie. Il n’avait pas assez de temps de jeu à l’époque et il reconnaît volontiers que l’Argentin avait eu raison de ne pas le retenir: « Bien sûr, il m’était difficile de regarder la Coupe du monde, a-t-il confié au journal Arabnews, mais j’étais d’accord avec ça. Je n’étais pas avec le groupe depuis longtemps déjà. Et la fait d’avoir fait partie du groupe élargi était déjà une bonne chose. Mais comme tout Egyptien qui se respecte, j’a été à fond derrière l’équipe nationale. Certes nous n’avons pas gagné de match au Mondial, ce qui est mauvais, mais le plus important c’était déjà de se qualifier après 28 ans d’absence. Un si long bail. Nous devons apprendre de cette expérience en tant que sélection et nous assurer d’être prêts pour 2022″.

Le prochain mondial, justement, le joueur formé par l’Assyout Cement y pense déjà. Il estime qu’avec l’arrivée de l’entraîneur mexicain  les cartes ont été en quelque sorte rebattues:  » Avec Javier Aguirre, chacun voit s’offrir à lui une nouvelle chance ». Le natif  de Los Angeles ne croit pas que le fait d’évoluer en MLS  va le desservir. La preuve, il était dans le groupe dimanche dernier  contre le Niger (6-0)  et  il s’en réjouit:  «Si je continue à être performant avec mon équipe, cela augmentera mes chances. Il y a beaucoup de joueurs talentueux dans ce championnat et le niveau  progresse chaque  année. Etre appelé par le nouveau sélectionné  est une motivation pour moi dans la perspective de 2022 . Mon objectif est le même : continuer à travailler dur  afin de me faire une place dans la sélection de mon pays. ». Pour mémoire, Amro Tarek, 26 ans,  est prêté  depuis janvier dernier à Orlando City par le Wadi Degla   avec option d’achat  qui devrait être levée lors du mercato hivernal.

@Cheikh Mabele