Oussama Haddadi est un tenace. Son ancien employeur, le Club Africain, avait refusé dans un premier temps de partir alors qu’il avait de bonnes propositions venant de l’étranger. C’était en 2013. Il a remis ça cet hiver et il a pu atterrir à Dijon. Dans la capitale de la Bourgogne il n’a pas traîné pour se faire une place en défense. Au point de ne plus la quitter. Dans une déclaration faite dimanche au quotidien L’Équipe, il est revenu sur cet épisode:  » Je voulais absolument partir de Tunisie pour progresser, assure-t-il, j’ai donc insisté pour rejoindre Dijon. Le Club Africain m’a libéré tardivement, mais comme je parle le français et que j’étais prêt physiquement, cela a favorisé mon adaptation au DFCO. Même si, précise-t-il, quand tu changes de pays et que tu arrives seul, c’est un peu dur ». Après s’être bien installé sur le côté de la défense,lui l’ancien axial, le natif de Tunis s’est fixé un nouvel objectif: renouer avec l’équipe nationale: « Après deux sélections, je n’avais plus été appelé chez les Aigles de Carthage. L’objectif, c’est de faire partie du groupe sur le long terme ». Cela tombe bien pour Oussama, qui n’a que 25 ans, la Tunisie vient de  s’offrir un nouveau sélectionneur. Nul doute que Nabil Maaloul suivra de près sa situation.