Le Raja de Casablanca accueille ce dimanche la finale aller de la Coupe de la Confédération contre le V Club congolais. Avantage à l’Aigle Vert pour cette première manche.

Tout à l’heure, dans la « marmite » du stade Mohamed V, deux des formations les plus séduisantes dans le jeu cette année, se sont donné rendez-vous. D’un côté, le Raja de Casablanca, formidable machine à gagner emmenée par ses nombreux internationaux. De l’autre, le Vita Club Kinshasa, qui lui aussi s’est illustré par sa propension à bien jouer, bien gagner et beaucoup marquer.

Les deux clubs se connaissent particulièrement bien puisqu’ils étaient ensemble, lors de la phase des groupes. En mai, le Raja n’avait pu faire mieux qu’un nul blanc (0-0) devant son public. En août, à Kinshasa, les Kinois s’étaient imposés (2-0) en ayant fait la différence en seconde période.

Qu’il s’agisse du Raja ou du V. Club, on est évidemment en présence d’anciens vainqueurs de la C1 africaine : les Casablancais en 1989 et 1999 notamment, le V Club en 1973. Il en avait été le finaliste malheureux en 2014.

RAJa Casablanca ( demi finale de la coupe de de la CAF, octobre 2018), photo cafonline.com

RAJa Casablanca ( demi finale de la coupe de de la CAF, octobre 2018), photo cafonline.com

Sur les bancs, deux techniciens chevronnés. Le Raja, depuis 2017, bénéficie de l’expérience de Juan Carlos Garrido. Le coach espagnol a déjà remporté cette compétition, c’était en 2014 avec le Ahly du Caire, aux dépens du Séwé de San Pedro (CIV). 

Le V Club, depuis près de cinq ans, n’a pas à se plaindre. Son entraîneur n’est autre que le sélectionneur national de la RDC, Florent Ibenge. Et lui connait aussi bien les compétitions africaines.

Première certitude : après l’arbitrage très contestable de l’Algérien Abid Charef lors de la finale aller de la Ligue des champions entre l’Espérance de Tunis et le Ahly, la CAF a fait appel pour ce match à son meilleur sifflet, le Gambien Bakary Gassama. Une bonne nouvelle évidemment. Souhaitons que ce dernier, s’il doit faire appel à la VAR, l’utilise à bon escient…

Le Raja, sera soutenu par un public qui l’a porté tout au long de sa campagne continentale. Il a pour lui une invincibilité à la maison. Le V. Club, de son côté, ne voyage pas forcément bien hors de sa base. 

L’Aigle Vert pourra compter sur ses joueurs clés, du gardien Zniti au capitaine et défenseur central Badr Benoun. Le milieu sénégalais Baye Niasse, mais aussi les attaquants Mahmoud Benhalib (10 buts) et Mohsen Iajour seront aussi en première ligne pour guider le Raja.

Le Raja pourra compter sur son chaud public comme vrai douzième homme photo cafonline.com)

Le Raja pourra compter sur son chaud public comme vrai douzième homme photo cafonline.com)

On le sait, aucun match ne ressemble à un autre et le Raja, même s’il a été précédemment battu par le V. Club, aura d’autres arguments à faire valoir. A commencer par le fait qu’il ait terminé en tête de son groupe qui comptait le V. Club. 

Le Raja a aussi décroché deux victoires en demie contre les Nigérians d’Enyimba. Son collectif est aussi talentueux que celui de V. Club. Et il s’appuie sur un grand buteur (Benhalib) capable de se muer en passeur à tout moment aussi. 

L’an dernier, c’est le Wydad qui avait porté haut les couleurs du Maroc en remportant la Ligue des champions devant un Ahly du Caire médusé. Le WAC est depuis rentré dans le rang. Mais le Raja a pris le relais depuis, en écartant sur sa route des équipes comme le FC Nouadhibou (MRT), Zanaco (ZAM), l’ASEC (CIV) et Aduana Stars (GHA), le CARA Brazaville (CGO) et enfin Enyimba (NGA). 

Et le Raja n’aura perdu qu’un seul de ses quatorze matches africains en 2018 : face justement au V Club le 19 août dernier (2-0). Son bilan, il est important de le rappeler, est de dix victoires, trois nuls et d’un revers. Un parcours tout simplement digne d’un futur vainqueur de la Coupe de la Confédération. Mais le V. Club a justement la même ambition…

@Samir Farasha