Las des critiques qu’il estime injustes de la part d’anciens dirigeants et de la grogne d’une partie des fans, le président  du Club Africain Slim Riahi, se dit prêt à laisser sa place aux donneurs de leçons : «Je sens qu’une frange du public est injuste envers moi, a-t-il déclaré dans les colonnes du quotidien La Presse, mais toute cette tension partira quand nous remporterons un titre. C’est l’opposition qui est pleine d’opportunistes incapables de ramasser 10 000 dinars qui cause des problèmes (…) Ce n’est pas facile au CA. Ceux qui veulent prendre ma place n’ont qu’à se présenter, surtout qu’aujourd’hui, la masse salariale a baissé et l’équipe est bonne ». La boss des Rouge et Blanc affirme avoir apporté 70 millions des 94 millions dépensés par la club ces cinq  dernières années (…). Il y a une grande différence entre ce qu’on raconte et la vérité. Si je pars, toutes les rumeurs vont disparaître. C’est mon combat ! Il faut que le public me laisse travailler. Je suis visé par tout le monde, donc que les supporters ne me mettent pas davantage de pression ».Ce n’est pas la première que le président menace de rendre son tablier, mais mû par la passion il remet à chaque fois  le couvert. Mais peut-être rêve-t-il de tirer sa révérence sur un coup d’éclat sportif. Par exemple en gagnant la même année le titre national et la Ligue des Champions…

@2022mag.com