Vainqueurs du Mali (2-0) grâce à deux buts en seconde période, les Lions de l’Atlas remportent leur deuxième CHAN de rang. Une performance historique pour la formation dirigée par Lhoussine Ammouta qui termine invaincue et avec le meilleur buteur du tournoi, Rahimi.

On l’avait annoncé, on n’a pas été déçus. Cette finale du CHAN 2020 au Cameroun, sommet continental inédit, a accouché d’un match disputé, tonique et équilibré. Mais à la fin, et comme en 2018, c’est le Maroc qui a gagné, accomplissant un exploit attendu. Mais évidemment, compliqué à réaliser. Et dire que tout a commencé début janvier par deux victoires en matches de préparation face à la Guinée (2-1, 1-0), un adversaire également de valeur, lui aussi invaincu dans ce CHAN, qui a terminé à la 3e place après avoir battu le Cameroun à Douala samedi (2-0). 

Mais revenons à la finale. Pour défier les Aigles, le coach Ammouta avait décidé de reconduire l’intégralité du groupe vainqueur en demie du Cameroun. Un collectif compact et en jambes, face à un Mali privé de plusieurs cadres et, a priori, fatigué par deux prolongations successives.

C’est le Maroc qui le premier, créait une situation dangereuse sur un coup franc à l’entrée de la surface

Soufiane Rahimi: meilleur buteur avec cinq réalisations

Soufiane Rahimi:  meilleur joueur du tournoi et meilleur buteur avec cinq réalisations

(15e). Soufiane Rahimi frappait fort à ras de terre et Djigui Diarra, le capitaine et gardien, repoussait comme il pouvait. Heureusement pour lui, Yacouba Doumbia dégageait ce ballon qu’avait suivi El-Kaabi. Pas du tout impressionné, le Mali jouait vite et haut. Et Moussa Koné, dans le couloir gauche, partait dans le dos de la défense et se présentait face à Zniti. Le gardien du Raja, à la manière d’un défenseur, se jetait et taclait le ballon dans un superbe geste salvateur pour son équipe (23e). Le Maroc venait de connaître sa première alerte, il y en aurait d’autres. Globalement, la première période se terminait sur des débats équilibrés, entre deux formations bien en place, joueuses et se répondant l’une à l’autre, sans pour autant marquer. 

En seconde période, un premier tournant intervenait aux alentours de la 53e lorsque Rahimi était fauché dans la surface. Cela ressemblait clairement à un penalty mais l’arbitre kenyan, qui avait pourtant recours au VAR, n’accordait pas la sanction pourtant très logique après visionnage… Quelques instants plus tard, un coup franc malien trouvait la tête de Kanouté, tout proche de battre Zniti. A la 63e, nouveau tournant : Demba Diallo, sur un long ballon, se jouait des axiaux Boutouil et Bouftini et se présentait encore devant Zniti. Ce dernier, impeccable, sauvait encore d’une superbe parade. Le Mali continuait d’y croire.

Le Mali a tenu une heure avant de craquer face aux Lions de l'Atlas

Le Mali a tenu une heure avant de craquer face aux Lions de l’Atlas

Mais c’est finalement le Maroc qui ouvrait la marque à la 69e sur un corner frappé de la droite par Nemsaoui et repris de la tête par Bouftini dans l’axe (1-0). Dix minutes plus tard, il remettait ça, cette fois sur un corner frappé de la gauche, remis de tête par Bemammer. Et qui surgissait à point nommé, en plongeant de manière spectaculaire, pour couper la trajectoire ? Ayoub El-Kaabi, le capitaine (2-0). Cette fois, c’était entendu. Le Mali s’énervait, perdait son calme. Et le Maroc, intelligemment, refermait l’accès à son but. Score final (2-0) et surtout la satisfaction de réussir une première : gagner deux tournois d’affilée. Soufiane Rahimi était élu meilleur joueur du tournoi devant l’autre favori, le Guinéen Morlaye Sylla. Le jeune attaquant du Raja recevait également le trophée du meilleur buteur avec cinq réalisations des mains de Samuel Eto’o.  Plusieurs joueurs marocains font partie du 11 de la compétition, déterminé par la CAF : le latéral gauche El-Moussaoui, le stoppeur Boutouil, le milieu récupérateur Jabrane et les attaquants El-Kaabi et Rahimi.

Le rideau tombe donc sur cette belle édition du CHAN, un crû de qualité, qui aura vu triompher un Maroc certes favori mais qui a dû se bonifier match après match avant de remporter le titre. L’équipe a successivement battu le Togo (1-0), fait nul avec le Rwanda (0-0), puis dominé l’Ouganda (5-2), la Zambie (3-1), le Cameroun (4-0) et le Mali (2-0). Il boucle avec quinze réalisations (attaque numéro un) et trois buts encaissés (deuxième meilleure défense à égalité avec le Mali). Bravo au Maroc, dont l’équipe A espère rééditer le même parcours dans un an lors de la grande CAN, ce sera aussi au Cameroun…

@Samir Farasha

Le onze marocain entrant : Zniti – Nemsaoui, Bouftini, Boutouil, El-Moussaoui – Jabrane, Bemmamer, Hafidi (el-Karti) – Rahimi, EL-Kaabi, Sadaoui (Hadraf).