Hormis l’Egypte, non inscrite, les six sélections arabes sont engagées dans ces éliminatoires du CHAN  2020. Avec un sommet ce samedi à Blida entre Algérie et Maroc…

Février 2018. Les Lions de l’Atlas sont sacrés vainqueurs chez eux, à Casablanca, du CHAN qu’ils organisent après avoir dominé outrageusement le Nigeria (4-0) en finale. Un an et demi plus tard, voici les Lions de l’Atlas en déplacement en Algérie pour défendre ce titre continental chèrement acquis.

 Les Fennecs jouent nos à Blida  (photo faf.dz)

Les Fennecs jouent nos à Blida (photo faf.dz)

Un déplacement à Blida qui s’avère a priori très compliqué pour Houcine Ammouta, qui a succédé à Jamal Sellami sur le banc des vainqueurs du dernier CHAN. Les visiteurs se présenteront tout de même avec des éléments de très grande expérience puisque Ayoub El-Kaabi, meilleur joueur et meilleur buteur du tournoi 2018 fait partie du groupe.

Revenu au pays (au Wydad) après un an en Chine, il conduira une formation constellée de joueurs passés chez les A comme le gardien Tagnaouti, Ismail El-Haddad et Walid el-Karti, buteur tout récemment contre le Niger en amical.

Ayoub El-Kaabi sera l'un des atouts gagnants des Lions de l'Atlas

Ayoub El-Kaabi sera l’un des atouts gagnants des Lions de l’Atlas

 On le voit, le Maroc partira avec une colonne vertébrale très expérimentée mais l’Algérie, dirigée par le Français Ludovic Batelli, n’est pas en reste. Ce dernier a fait appel à quelques éléments également rompus aux matches chauds comme Rafik Chafai et Sofiane Bendebka. IL a également convoqué la jeune classe du Paradou AC, à l’instar de Adem Zorgane, Riad Benayad et Mustapha Bouchina.

Le derby maghrébin sera évidemment la grosse affiche de ce week-end de matches aller pour le CHAN, dont le match retour est prévu le 18 octobre. Le Maroc part favori même s’il attend à une grosse ambiance au stade Tchaker de Blida.

Pendant ce temps à Radès, la Tunisie reçoit la Libye, qui avait réalisé elle aussi un CHAN 2018 superbe, puisqu’elle avait atteint le dernier carré d’une compétition qu’elle remporta en 2014 du côté de l’Afrique du Sud.

C’est Mondher Kebaier, récemment intronisé à la tête des A, qui dirige les Aigles de Carthage locaux. L’équipe tunisienne devrait aligner les très expérimentés Wajdi Kechrida, Anice Badri, Taha Yassine Khenissi et Firas Chaouat, dont on se rappelle qu’ils étaient tous à la dernière CAN en Egypte, terminée à la quatrième place.

L'expérience d'Anice Badri   u servie des  Aigles de Carthage

L’expérience d’Anice Badri u servie des Aigles de Carthage

L’idée est évidemment de prendre un avantage substantiel avant le retour qui est programmé sur terrain neutre en Egypte. Et la Libye, voisine de la Tunisie, est traditionnellement un adversaire qui pose problèmes aux Aigles de Carthage.

Dirigé par Jalal Damja, la Libye prépare ce rendez-vous depuis juillet où elle était en stage au Maroc. Le site Koora.com rappelle qu’elle avait livré à cette occasion trois matches de préparation face à l’US Tanger (2-0), la Renaissance de Berkane (0-1) et le FUS Rabat (0-0).

Il convient aussi de rappeler que les joueurs libyens, même privés de championnat, disputent les Coupes d’Afrique, notamment ceux de l’Ittihad Tripoli et du Ahly Benghazi, toujours en lice. Quant à l’équipe nationale A libyenne, elle a récemment dominé le Niger (2-0) en amical du côté du Maroc. Méfiance donc.

Autres sélections engagées, la Mauritanie qui reçoit le Mali à Nouakchott, et le Soudan, qui se déplace en Tanzanie. Les Mourabitounes s’attendent évidemment à une grosse opposition des Aigles du Mali.

Les Mourabitounes visent  la  troisième phase finale du CHAN de leur histoire (photo ffrim.com)

Les Mourabitounes visent la troisième phase finale du CHAN de leur histoire (photo ffrim.com)

Pour donner la meilleure réplique possible devant le public du stade Cheikha Boïdiya, Moustapha Sall, le sélectionneur des locaux, a évidemment fait appel à des éléments ayant disputé la dernière CAN en Egypte comme Lemrabott, Abdoulaye Gaye Palaye et helmeya Tanjy, tous issus du FC Nouadhibou actuellement engagés en Ligue des champions.

Le Soudan, qui fut demi-finaliste lors du CHAN 2018, s’attend à une grosse réception à Dar Es-Salaam, d’autant que la Tanzanie sort d’une qualification en éliminatoires de la Coupe du monde  2022 face au Burundi. Son sélectionneur intérimaire, Etienne Ndayiragije, s’appuie sur les joueurs de Simba, Yanga et Azam.

Le Soudan pourra compter sur l’expérience de son sélectionneur Zdravko Logarusic, lui aussi qualifié après le tour préliminaire de Coupe du monde 2022 grâce à son succès contre le Tchad. Ce dernier utilise un groupe quasi identique, et s’appuiera essentiellement sur les joueurs des clubs disputant les coupes d’Afrique, El-Merreikh, Al-Hilal, Khartoum Watani et Ahly Shendi.

@Samir Farasha