Vainqueur d’une faible Guinée Equatoriale (3-0) pour son entrée dans le tournoi du CHAN 2018, le sélectionneur libyen avance sans se soucier de l’adversité. Verbatim.

« Contre le Nzalang, on avait décidé de d’adopter d’emblée un pressing. On ne connaissait pas vraiment leurs forces ni même leur système de jeu. En seconde période, on a reculé, c’est le défaut qu’on a en Libye, alors que je demandais tout le contraire à mes joueurs. Il fallait continuer à rester positionnés plus haut.On a marqué très tôt dans la rencontre et vite fait la différence, mais les joueurs ont par la suite été moins efficaces dans la finition. On a ensuite fait tourner nos joueurs offensifs en deuxième période afin de les soulager car ils s’étaient beaucoup dépensés lors de la première mi-temps. Fade au Nigeria, vendredi, nous nous préparerons de la même manière. On donnera tout sur le terrain, comme chaque fois. L’attente est toujours la même : gagner.Nous avons confiance en Dieu. »

@Samir Farasha à Tanger