Lorsqu’on sait qu’au début de la campagne africaine la direction du club algérois avait fixé comme objectif à son équipe une place dans la phase de groupes, on devine le chemin parcouru depuis le printemps. Les Rouge et Noir ont pris goût à l’aventure et traversé un été de feu malgré les rebondissements comme ce changement d’entraîneur à la fin du championnat de Ligue. Le club, champion l’année précédente, échappe de peu à la charrette de la relégation. L’Allemand Otto Pfister parti, l’arrivée de l’inconnu ( du grand public ) Miloud Hamdi s’avère une bénédiction. La phase de groupes dont rêvait le président Haddad se transforme en promenade de santé pour les coéquipiers de Meftah qui avalent le champion d’Afrique en titre, l’Entente de Sétif, et dominent le MC El Eulma et les Soudanais d’ El Merreikh. Si l’entraîneur algérois n’avait pas cherché à faire tourner son effectif lors de la dernière journée parce que la première place était acquise, l’USM Alger aurait pu réussir le grand chelem en alignant six victoires en six matches. Un exploit jamais réalisé en Champions League. Les sceptiques ont attendu la formation de Soustara au tournant des matches à élimination directe et lui ont prédit la fin de l’hsitoire. Mais dans l’enfer d’Omdurman, face à un Hilal galvanisé et ambitieux, l’USMA évolua avec sang froid et maîtrise pour in fine ramener un succès précieux dans lequel son gardien Mohamed Lamine Zemmamouche a joué un rôle décisif. C’est devenu clair pour tout le monde : cette équipe à tout d’une grande. Même si la demi-finale retour n’a pas été à la hauteur de la belle performance realise au Soudan. L’important, la qualification pour la première finale de son histoire, était acquis

Entre le voyage à Khartoum et la finale de samedi, l’équipe a vécu un épisode fâcheux, en l’occurrence la suspension au long cours pour dopage de son brillant milieu offensif Youcef Belaïli. Incontestablement des principaux artisans de la belle campagne usmiste. Mais il semble que cette mauvaise nouvelle a été digérée. Mieux, elle a soudé encore plus les  champions d’Algérie 2014. Notamment dans le championnat national où ils ont aligné une série de sept victoires consécutives et pris clairement les commandes de la Ligue 1. L’équipe baignerait dans la sérénité la plus parfaite avant d’affronter le Tout Puissant Mazembe, ce géant africain, s’il n’ y avait cette cascade de blessures, notamment en défense. Mais aucun fait ne semble en mesure de faire douter Miloud Hamdi . “Le sorcier Rouge et Noir répète à l’envi qu’il a un groupe de 25 titulaires et compte le prouver encore une fois: “ A mon arrivée à l’USMA, j’avais dit que le club possédait 25 titulaires, a-t-il rappelé lors d’un point presse organisé en milieu de semaine à Alger, certes, il y a des suspendus et des blessés, ce que je déplore évidemment, mais j’aime beaucoup mes joueurs, donc je ne vais pas manquer de respect à ceux qui composeront les 18 et ceux qui vont intégrer le onze de départ. Croyez-moi, voua allez avir des guerriers sur le terrain ». On veut bien le croire, car l’USM Alger se trouve tout près du Graal et il iul tient à coeur à rejoindre son éternel frère-ennemi mouloudéen, champion d’ Afrique en 1976, dans la légende du football algérien.

 Le parcours de l’USM Alger

1er tour

USM Alger – Fouillah Edifice (Guinée), 3-0, 1-3

Seizièmes de finale

USM Alger – AS Pikine (Sénégal), 5-1, 1-1

Huitièmes de finale

USM Alger – AS Kaloum (Guinée), 2-1, 1-1

Quarts de finale (phase de groupes)

USM Alger – ES Sétif, 2-1, 2-1

USM Alger – El Merreikh (Soudan), 1-0, 0-1

USM Alger – MC El Eulma (Algérie), 1-0, 2-1

Demi-finales

USM Alger – Al Hilal Omdurman (Soudan), 2-1, 0-0

Bilan : 9 victoires, 3 nuls, 2 défaites, 23 buts inscrits, 12 buts encaissés.

 

USM Alger - TP Mazembe

USM Alger – TP Mazembe

L’adversaire

On ne présente pas vraiment le Tout Puissant Mazembe. Le club congolais a marqué l’histoire du football continental en deux périodes. La première remonte aux années soixante avec deux titres de champion d’Afrique (1968, 1969) . La deuxième à la fin des années 2000 avec deux nouvelles victoires (2009 et 2010). En se qualifiant pour la finale 2010, les Corbeaux ont la possibilité peut-être d’inaugurer une troisième série. A moins que l’USM Alger ne décide de leur barrer la route. Le géant de Lubumbashi est pour le moment le seul club africain à avoir disputé une finale de Coupe du monde des clubs (2010). Sur le plan économique, le TPM est l’un des clubs les plus riches et les mieux outillés du continent grâce à Moïse Katumbi Chapwe, un président à la double casquette politique et économique. Sur le plan sportif, le TPM compte 18 joueurs internationaux : congolais, zambiens, Tanzaniens, maliens.

 Les résultats du TPM face aux clubs algériens

 2000 : Coupe de la CAF

Huitièmes de finale: JS Kabylie – TP Mazembe, 5-0, 0-2, JSK qualifiée

2010 Champions League

qaurts de finale : JS kabylie – TP Mazembe, 1-1, 1-1

Demi-finales : JS Kabylie ) TP Mazembe, 0-0, 1-3, Mazembe qualifié

2013 coupe de la Confédération

Demi-finales : ES Sétif – TP Mazembe, 1-1, 2-4, Mazeembe qualifié

2014 Champions League

Demi-finales : ES Sétif – T.P Mazembe, 2-1, 2-3. Sétif qualifiée

Bilan  du TPM : 10 matches :  4 victoires , 4 nuls, 2 défaites , 16 buts pour, 16 buts contre

 Le programme

Finale aller : Alger : 31 octobre 2015

Finale retour: Lubumbashi : 6 novembre 2015

@2022mag.com