Première grosse surprise dans ce tournoi : favoris de la compétition, les Lions de l’Atlas ont été écartés en huitièmes de finale par un Bénin accrocheur et solide à l’issue de la séance des tirs au but…

Depuis leur arrivée en Egypte, ils étaient en mission et jusqu’alors, avaient démontré sérieux, discipline et engagement. Vendredi au Caire, les Lions de l’Atlas ont connu l’une des plus grosses désillusions de ces dernières années. Incapables de dominer un adversaire réduit à dix numériquement et bien regroupé autour d’un super gardien, les Marocains ont dit adieu sans gloire à une CAN qu’ils rêvaient de rapporter au pays.

LE SCENARIO des 90 MINUTES

D’abord, une domination territoriale en première période, avec au moins trois opportunités nettes de marquer. A la 5e, En-Nesyri oblige Allagbè à une parade au sol sur une frappe à bout portant. Ziyech, des 25 mètres inquiète ensuite ce même Allagbè qui détourne le ballon (28e). Enfin, à la 40e, le Maroc inscrit par En-Nesyri un but parfaitement valable, mais que l’arbitre angolais Carvalho refuse pour un hors-jeu qui n’existe pas. Voilà pour cette première période.

Maroc - Bénin  1-1 ( photo cafonline .com)

Maroc – Bénin 1-1 ( photo cafonline .com)

En seconde, les Béninois s’enhardissent un peu et obtiennent un corner, sur lequel le défenseur Adilehou vient couper le ballon devant le but. Bounou le gardien, se déchire et rate son intervention (1-0, 53e). Avec l’entrée du remuant Sofiane Boufal, le Maroc propose enfin un jeu varié. Ce dernier obtient un coup franc direct, qui voit Allagbè se détendre pour détourner (67e). Moins de dix minutes plus tard, Boussoufa, certainement le meilleur Lion sur le terrain, récupère un ballon dans les pieds d’Adeoti et décale pour En-Nesyri qui entre dans la surface et égalise (1-1, 76e). Une égalisation logique qui voit le Maroc appuyer un peu plus sur l’accélérateur pour doubler la mise avant la fin de la rencontre. Justement, Ziyech, peu inspiré, bénéficie à son tour d’un coup franc bien placé. Mais là encore, le gardien Allagbè détourne sa frappe au prix d’une belle parade (82e). Juste avant le coup de sifflet final, Boussoufa obtient lui aussi un bon coup franc, mais Allagbè veille (89e). Le tournant de ce match intervient au bout du temps additionnel quandl e vétéran Sessègnon commet une faute dans la surface et fauche Hakimi lancé côté gauche. Penalty ! C’est Ziyech, peu convaincant depuis le début, qui s’y colle. Hélas, le joueur de l’Ajax n’attrape pas le cadre et frappe le poteau (90e +4). Place donc à la prolongation…

LA PROLONGATION

Recroquevillés en défense autour de leur gardien, les Ecureuils vont subir la prolongation. Leur objectif, on l’a compris, est d’amener le Maroc aux tirs au but. D’entrée, le Bénin perd son stoppeur Adenon averti une deuxième fois et expulsé de façon très sévère… Réduits à dix, les Béninois continuent de résister et ne ressortent quasiment plus le ballon. Allagbè continue ses prouesses dans le but. A la fin de la prolongation, Boussoufa déborde côté gauche et met en retrait pour Ziyech qui n’a plus qu’à pousser au fond. De façon incompréhensible, ce dernier place une frappe en force au-dessus du but béninois (118e). Cette fois, ce sera bien la séance des tirs au but qui départagera un Maroc dominateur mais peu inspiré et un Bénin solide et courageux qui a pris confiance.

La grande joie des Béninois après leur qualification ( photo cafonline.com )

La grande joie des Béninois après leur qualification ( photo cafonline.com )

LES TIRS AU BUT

Le tirage au sort voit le Bénin débuter la séance. Verdon marque mais Idrissi égalise à 1-1. Djigla donne ensuite l’avantage au Bénin (2-1). Boufal s’avance mais frappe au-dessus du but… Première tentative ratée. Le Bénin a l’occasion de prendre un tir au but d’avance et Tidjani ne se prive pas (3-1). Place ensuite au buteur dans la rencontre En-Nesyri, troisième dans la liste des tireurs. Ce dernier frappe mais Allagbè, au prix d’une belle détente, détourne le ballon sur sa transversale ! Si le Bénin inscrit son 4e tir au but, c’en est terminé pour le Maroc. Calmement, Mama place son ballon et prend Bounou à contrepied (4-1). Le Maroc sort de la compétition, sans avoir perdu et après avoir encaissé son seul but du tournoi…

LE BILAN

Après le sans-faute du premier tour (trois matches, trois victoires 1-0 contre la Namibie, la Côte d’Ivoire et l’Afrique du Sud, aucun but encaissé), les Lions de l’Atlas avaient l’occasion de se porter rapidement en quart, comme en 2017. Ils ont su réagir à ce premier but encaissé dans le tournoi. Mais certains joueurs, comme Ziyech et Belhanda (peu décisifs) voire Ahmadi et Amrabat, ont manqué de fraîcheur physique et mentale, et paru usés. Hervé Renard a sans doute un peu tardé lui aussi dans ses changements. 

Boufal a fait une bonne entrée mais cela n’aura pas suffi. Le Maroc a -t-il fait preuve d’arrogance face à un adversaire aussi modeste que le Bénin ? Renard avait-il étudié suffisamment cette équipe, très forte sur le plan physique et mentale ? Avait-il pointé du doigt ses forces plutôt que ses lacunes ? On a un peu eu le sentiment que ces Lions de l’Atlas avaient fait preuve d’arrogance, qu’ils étaient arrivés avec un complexe de supériorité. ET qu’ils sont tombés dans le piège tendu par Michel Dussuyer.

Le Maroc ne verra donc pas les quarts. Comme quoi rien ne sert de courir et de tout gagner au 1er tour. L’Algérie devra s’en souvenir devant la Guinée, tout comme l’Egypte qui croise l’Afrique du Sud. Le second tour de la CAN et les matches à élimination directe constituent véritablement un deuxième tournoi. Pour l’avoir mésestimé, voici le Maroc sur la route du retour…

@Samir Farasha

Le match

MAROC – BENIN : 1-1 (0-0) ap.prol, 1 tab à 4. Buts : Adilehou (53e) pour le Bénin ; En-Nesyri (76e) pour le Maroc. Expulsion : Adenon au Bénin 97e).

MAROC : Bounou – Dirar (Mazraoui, 74e), Da Costa, Saïss, Hakimi – El Ahmadi (Fajr, 107e), Boussoufa – Amrabat (Idrissi, 87e), Ziyech, Belhanda (Boufal, 59e) – En-Nesyri. Entraîneur: Hervé  Renard.

BENIN : Allagbè – Adilehou, Adenon, Verdon – Mama, Sessegnon, Adeoti, Imorou – Dossou (Tidjani, 87e), Poté (D’Almeida, 108e),  Soukou (Djigla, 69e). Entraîneur : Michel Dussuyer.