C’est vraiment dans une douleur sans nom que l’Algérie a remporté sa deuxième coupe d’Afrique des nations devant  un Sénégal (1-0) dominateur mais tellement maladroit dans la surface de vérité. Mais sur l’emsmble du tournoi, c’st bien la plus belle équipe qui est sacrée.

L’affiche de la  finale de la Coupe d’Afrique des nations 2019 a fait  l’unanimité dès quelle s’est dessinée après les succès respectifs des Sénégalais  contre la Tunisie (1-0) et des Algériens face au Nigeria (2-1). Les premiers  proposent la meilleure défense (1 but) et les seconds disposent  de l’armada offensive la plus efficace (14 buts). Et pour être complet sur le ce thème, les deux formations possèdent  sans doute les deux meilleurs joueurs. Sadio Mané chez les Lions de la Teranga et Riyad Mahrez pour les Fennecs . Avec un tel tableau, le match du sacre s’annonçait passionnant et très équilibré.  Au coup d’envoi, les deux équipes se sont présentés avec un absent de marque de chaque côté: le défenseur axial Kalidou Koulibaly  pour l’équipe  dirigée par Aliou Cissé et le latéral Youcef Atal pour celle de Djamel Belmadi.

C’est dans un stade International  du Caire plein comme un oeuf et dans une ambiance de feu que les deux équipes  entrent sur le terrain  avec un avantage net et clair dans les tribunes pour les Algériens qui étaient plus de 20 000 a rejoindre la capitale égyptienne.  C’est dans cet état  que le coup d’envoi est donné par l’arbitre camerounais  que le coup d’éclat arrive avec l’ouverture du score  dès la deuxième minute et la première attaque le finisseur Bounedjah  envoie un tir puissant du pied  détourné par Sané  qui lobe  son  gardien. Incroyable départ d’une finale.

2019-636991738096204322-620Comme elle le fait depuis le début de la compétition, l’Algérie part à cent à l’heure. Cette ouverture du score si précoce  étourdit les Sénégalais qui vont concéder une deuxième occasion  à la suite d’un coup franc pour l’Algérie transformé  par  Belaïli  (6′)  qui trouve la tête de Bounedjah dans la surface mais cette fois la défense des Lions s’en sort bien.

Après un quart d’heure difficile, les Sénégalais  reprennent leur souffle et mettent le pied sur le ballon mais sans être vraiment dangereux. Les coéquipiers du capitaine Kouyaté  n’arrivent pas à bien exploiter les balles arrêtées dont ils bénéficient suite à des fautes algériennes (6 au total). Un copié-olé du premier duel.  Le match est  rugueux et haché par les nombreux coups de sifflet de l’arbitre jusqu’au premier carton jaune infligé à Bensebaïni (34′).

Le Sénégal a clairement pris l’ascendant en occupant plus qu’à son tour l’espace de algérien  ( 63% de possession de balle et 3 tirs cadrés contre 1, 3 corners à rien ). A la 38e minutes, le stade retient son souffle lorsque la puissante frappe du pied  gauche de M’Baye Niang frôle de quelques centimètres l’équerre gauche de M’Bolhi. L’Algerie souffre incontestablement  et n’arrive plus à sortir proprement les ballons et encore moins à placer la moindre  attaque dans le camp adverse.

L'exploit formidable de jamel Belmadi  en une année de travail .

L’exploit formidable de jamel Belmadi en une année de travail .

Si les Fennecs virent en tête à la pause, il faut  dire  qu’ils auront  intérêt à se reprendre en retrouvant la fluidité du jeu qu’ils ont eu lors des six premiers matches s’ils ne veulent pas vivre une désillusion. Belmadi a, à l’évidence un gros travail  à faire entre les quatre murs du vestiaire. Alors que son homologue Aliou Cissé demandera a ses attaquants de faire preuve d’un peu plus de réalisme et d’efficacité notamment sur les coups de pied arrêtés.

La reprise se fait sur le même tempo. Des Sénégalais qui avancent et des Algériens qui campent dans leur camp  comme s’ils avaient perdu la recette de leur jeu collectif. Heureusement pour eux, les Lions de la Teranga continuent de faire de  de mauvais choix en attaque  et d’ être souvent  tentés par le jeu long. Mais au quart d’heure de jeu, on pense que la chance a enfin  tourné pour les Lions, quand sur un centre de Gassama le ballon est détourné par Guedioura  le bras collé à sa cuisse  dans la surface. L’arbitre Alioum Alioum désigne le point de penalty devant  une virulente protestation  des Fennecs  et une bronca  des fans algériens en tribune. In fine le Camerounais  revient sur sa décision après avoir consulté la VAR. Il refuse le penalty  estimant que la déviation du bras de Guedioura est involontaire.

FBL-AFR-2019-MATCH52-SEN-ALGL’Algérie méconnaissable dans le jeu  rompt mais ne cède pas. Elle n’obtient son premier corner qu’à la 72e minute suivi d’une second tir qui a failli faire mouche. Courte, très courte respiration algérienne dans un match étouffant. Jusqu’au bout, les Sénégalais ont continué à harceler le camp des Fennecs  (12 tirs contre 2)  qui se dégagent comme ils peuvent. Même durant les quatre minutes dru temps additionnel Puis vint la délivrance et l’exposition de joie des 23 Algériens et celle de leur fabuleux kop venu d’Algérie et des quatre coins du monde.

@ Fayçal Chehat

 

 

La feuille de match

Stade du Caire : 70 000 spectateurs

Arbitre : Alioum Alioum (Cameroun).  But :   Algériie : Bounedjah (2′)

Algerie: Raïs M’Bolhi, Djamel Benlamri, Aïssa  Mandi, Mehdi Zeffane, Ramy  Bensebaini, Sofiane Feghouli (Mehdi Tahrat, 85′), Adlène Guedioura, Ryad  Mahrez, Ismaël  Bennacer, Youssef Belaïli (Yacine Brahii, 83′), Baghdad Bounedjah (Islam Slimani, 89′). Entraîneur : Djamel Belmadi
Senegal: A. Gomis, L. Gassama, Salif Sane, Y. Sabaly, Henri Saivet (M Diane, 75′), Cheikhou  Kouyate, Idrissa Gueye, Badou N’Diaye ( K. Diatta, 59′), M’Baye Niang (Keita Bald », 84), Sadio  Mane, Ismaila Sarr. Entraîneur: Aliou Cissé