Battus (1-0) par le Nigeria dans un stade du Caire vide, les Aigles de Carthage échouent à la 4e place du tournoi et laissent filer le bronze. En cause, une nouvelle erreur de son gardien et une inefficacité offensive chronique.

C’est forcément un sentiment doux amer qui animera l’équipe de Tunisie au moment de quitter l’Egypte pour regagner le sol national. Battus au Caire par un Nigeria très vite d’attaque (1-0 dès la 3e), les hommes de Giresse terminent le tournoi continental comme ils l’ont commencé : sans gagner. 

Tout s’est joué sur la première attaque construite, côté gauche. Ben Cherifia, titularisé à la place de Moez Hassen, plongeait à terre pour capter le centre en retrait qu’il laissait échapper. Le ballon rebondissait sur Meriah mais c’était Odion Ighalo qui se montrait le plus prompt pour pousser le cuir au fond des filets. Et inscrire, du même coup, son cinquième but de la CAN.

Une grosse erreur défensive dès l'entame du match a plombé l'équipe de Tunisie face au Nigeria

Une grosse erreur défensive dès l’entame du match a plombé l’équipe de Tunisie face au Nigeria

Après ce but, les débats ont le plus souvent « ronronné », le Nigeria gérant son avance et la Tunisie tentant, de façon brouillonne, d’égaliser. Un tir non cadré de Khenissi ici (8e), une tentative d’Ighalo sauvée devant la ligne de but là (12e), le premier acte aura été au final très pauvre en occasions de but. La Tunisie se présentait pourtant avec des troupes fraîches : outre Ben Cherifia dans le but, le jeune Nassim Hnid (CS Sfaxien) remplaçait Dylan Bronn dans l’axe, Chaalali reprenait sa place au milieu abandonnée à Ayman Ben Mohamed contre le Sénégal. Enfin, Anice Badri remplaçait Youssef Msakni dans le onze de départ.

Malgré ces quatre changements, la Tunisie bégayait son football. La fatigue, comme une évidence, affaiblissait les organismes et le rythme de cette « consolante » ne favorisait pas un football offensif. Les entrées en jeu de Chaouat et de  Naïm Sliti redynamisait cependant l’attaque des Aigles de Carthage. CHaouat bénéficiait d’une jolie passe de Wahbi Khazri et se retrouvait face à Uzoho mais ratait le cadre (48e) inexplicablement.

Après l’heure de jeu, Ben Cherifia se mettait en évidence en déviant une frappe de Chukwueze (67e), puis sur un tir croisé de Osimhen infiltré dans le couloir droit (81e). L’entrée en jeu de Samuel Kalu coïncidait avec un regain de pression pour le Nigeria. La Tunisie subissait plus qu’elle ne poussait.

Et l’attaquant de Bordeaux obligeait Ben Cherifia à sortir le grand jeu sur un coup-franc dans l’axe (90e+1). Après cette parade sous la transversale, Kalu bénéficiait d’une dernière balle de but, toujours sur coup franc. Mais là encore, Ben Cherifia ne se laissait pas surprendre par le rebond et chassait le ballon sur le côté (90e+3).

Le Nigeria, une belle régularité  dans le top 3 africain  depuis 1980

Le Nigeria, une belle régularité dans le top 3 africain depuis 1980

A l’arrivée, le Nigeria s’impose sur la plus petite des marges, grâce à une nouvelle bourde du dernier rempart tunisien, le troisième utilisé dans cette CAN. La Tunisie termine 4e en ayant remporté un seul de ses sept matches, c’était en quart contre Madagascar. Son bilan est le suivant : quatre nuls, une victoire et deux défaites, six buts marqués et cinq encaissés. A son crédit, une première demie depuis quinze ans. Msakni termine meilleur buteur tunisien avec deux réalisations ; 22 des 23 joueurs seront entrés en jeu dans le tournoi. Seul le jeune Marc Lamti (Bayer Leverkusen) n’aura pas eu le bonheur de débuter en CAN. 

Sur ce qu’ils ont montré tout au long de ce mois de compétition continental, les mondialistes de 2018 n’avaient pas les qualités requises, tant techniques que tactiques, sans oublier le mental pour aller chercher plus grand cette année en Egypte. Quant à Alain Giresse, poursuivra-t-il sa mission sur le banc tunisien ? Rien n’est moins sûr pour le Français arrivé à l’automne dernier, et dont on sait qu’il est très discuté depuis quelques mois. A son crédit, il pourra opposer qu’il a permis à la Tunisie de revenir dans le dernier carré après quinze ans d’absence. Mais cela ne suffira pas à effacer l’impression d’ensemble, celle d’une Tunisie très décevante collectivement…

@Samir Farasha

La feuille de match

NIGERIA – TUNISIE : 1-0 (1-0). Arbitre : M. Grisha (EGY). But : Ighalo (3e).

NIGERIA : Uzoho – Aina, Ekong, Omeruo, Collins – Ndidi, Iwobi, Etebo – Chukwueze (S. Kalu, 90e), Ighalo (Osimhen, 46e), Musa (Simon, 75e). Entraîneur : Gernot Rohr.

TUNISIE : Ben Cherifia – Drager, Hnid (Bedoui, 67e), Meriah, Hadadi -CHaalali, Skhiri, Sassi – Badri (Sliti, 58e), Khenissi (CHaouat, 44e), Khazri. Entraîneur : Alain Giresse.