Deuxième succès de la RDC dans cette CAN 2017 après celui sur le Maroc, et première place pour eux dans le groupe des Lions de l’Atlas. 

 Florent Ibenge connaît bien sa CAN. Troisième de la dernière édition et vainqueur du CHAN (CAN des locaux) au Rwanda il y a une dizaine de mois, le sélectionneur congolais a su parfaitement conduire sa barque, même en l’absence de son attaquant clé Yannick Bolasie, blessé avant le tournoi. Le voici en quart de finale, après avoir logiquement dominé des Eperviers togolais éteints pendant un peu moins d’une heure (3-1). Le réveil tardif des coéquipiers de Sheyi Adebayor a offert une demi-heure de feu. Mais la RDC avait déjà produit son effort.

C’est d’abord Kabananga qui, lancé par Mbemba, s’offrait son troisième but du tournoi (un par match) dès la 29e. Un quart d’heure plus tard, sur un corner de Kebano frappé côté gauche, une tête Kabananga décroisée du même joueur heurtait le poteau de le gardien togolais. Cédric Mensah, pour

RD Congo - Togo (3-1), (photo cafonline à

RD Congo – Togo (3-1), (photo cafonline à

 pour l’anecdote, était entré en jeu dans le but vingt minutes plus tôt en raison de la blessure de Baba Tchagouni, lui-même titularisé par Claude Le Roy pour suppléer l’absence de Kossi Agassa, mal en point psychologiquement après les actes de vandalisme sur sa maison en fin de semaine passée. Bref, la RDC dominait facilement les bas. Et s’offrait un joli deuxième but sur une longue relance de son stoppeur Tisserand, qui trouvait Firmin Mubélé. Ce dernier se jouait des axiaux togolais et lobait du droit un Mensah avancé (2-0, 54e). Le match, à cet instant-là, semblait définitivement plié.

 Mais les Eperviers, piqués au vif, réagissaient par Fo-Doh Laba, tout juste entré en jeu. Une action Adebayor-Ayité trouvait le remplaçant qui trompait Matampi d’une frappe au ras du poteau (2-1, 69e). La RDC, surprise, reculait. Adebayor dans la minute suivante, adressait une frappe canon que Matampi repoussait difficilement.

 Un ballon d’égalisation qui donnait beaucoup d’espoir aux Togolais et à leur sélectionneur, Claude Le Roy, dont c’était la 9e participation. Mais, à la 83e, Paul José Mpoku, entré vingt cinq minutes plus tôt, inscrivait le 3e but sur un coup franc sous la barre magistral (3-1). Fin du rêve togolais. La RDC, avec sept points, verra elle aussi les quarts, comme en 2015.

 @Samir Farasha