On peut tout reprocher  à Georges Leekens  le sélectionneur de l’équipe d’Algérie  mais pas son enthousiasme et sa capacité d’émerveillement. C »est ainsi que dans une ambiance morose liée à la situation périlleuse de son équipe en Coupe d’Afrique des nations, le technicien belge à tressé des louanges à son jeune défenseur axial Ramy Bensebaini. Le seul, il est vrai, à surnager au sein d’une défense qui a pris beaucoup d’eau «Je  peux dire  que Ramy , qui participe à sa première CAN, a donné entière satisfaction. Ça ne me ressemble pas de jeter des fleurs aux jeunes joueurs, mais lui, il a vraiment bien fait. Il a du caractère. J’aimerais bien trouver encore quelques joueurs comme ça, pour augmenter encore notre niveau, il n’a pas encore fait des erreurs, et ce n’est pas du tout évident avec toute la pression qui existe  dans une équipe comme la nôtre ».  Outre le cas  Bensebaini,  Leekens a répondu  de façon implicite à la rumeur qui a circulé en Algérie laissant entendre qu’il ne serait plus le maître à bord : » «Si je n’étais pas le coach, je ne serais pas ici aujourd’hui devant vous, je vous ai dit quand je suis venu que j’aurais du travail, ce n’est pas sur un match ou en deux mois que ça allait s’arranger. Je savais que ce n’était pas un défi facile. De toute ma vie je n’en ai pas eu, et dans la vie, on n’a pas toujours ce qu’on veut ». A moins d’une qualification miraculeuse  pour les quarts de finale face su Sénégal lundi soir, il semblerait tout de même que le sort de Georges Leekens soit scellé. Après l’échec, viendra le temps des règlements de compte. Et cela risque  de faire de gros dégâts.

@Cheikh Mabele