L’affaire du penalty accordé par l’arbitre Seechurn à la Guinée Equatoriale contre la Tunisie en quart a pris une tournure inattendue pour les Aigles de Carthage. L’instance faîtière du football africain devrait sanctionner la sélection tunisienne aujourd’hui ainsi que le président de la fédération à la suite d’un après-match marqué par des réactions déplacées selon la CAF…

 

Selon nos confrères de Radio Mosaïque FM, la Confédération Africaine de Football (CAF) a envoyé en début de semaine un courrier officiel à la fédération tunisienne (FTF). Objet de cette lettre, à laquelle la FTF a répondu et adressé copie de sa réponse à la FIFA : une réunion du comité de discipline aujourd’hui mardi afin de prendre des sanctions.

Est visé Wadi Jari, le Président de la FTF, à la suite de ses déclarations visant l’arbitre du quart de finale Guinée Equatoriale – Tunisie (2-1 ap) Seechurn Rajindraparsad. Ces mesures devraient également concerner les joueurs de la sélection, qui auraient voulu agresser le sifflet mauricien.

Selon toute vraisemblance, des suspensions (de 6 à 9 mois selon le règlement disciplinaire de la CAF) et une amende pourraient être infligées à la sélection nationale tunisienne en raison de son comportement après la rencontre.

Hichem Ben Omrane, le membre du bureau fédéral de la FTF a indiqué que la correspondance parlait d’un envahissement du terrain par les joueurs alors que les hommes de Georges Leekens, y compris les remplaçants, se trouvaient déjà sur la pelouse.

Il a ajouté que les joueurs n’ont pas vandalisé les équipements du stade et que la FTF s’est dite disposée à rembourser le prix du réfrigérateur que les joueurs ont cassé dans les vestiaires…

 

@2022mag.com