Le suspens était ténu pour le sacre du meilleur joueur africain de l’année 2018. Entre  Pierre-Emerick Aubameyang, Sadio Mané et Mohamed Salah la balance penchait clairement pour l’international égyptien.  L’ année du Pharaon sous les couleurs de Liverpool plaidait largement pour lui. Finaliste de la Ligue des champions –  certes au même titre que  son coéquipier Sénégalais – il a été le vrai  détonateur de la grande aventure des Reds, l’homme décisif et omniprésent en Premier League avec notamment ce titre de meilleur buteur.Après sa blessure en finale de la LDC et un Mondial russe a moitié disputé et sur un seul pied, il est revenu à son meilleur niveau entre septembre et décembre. Sacre incontestable donc.

A l’issue  de la cérémonie de remise de sa récompense, Mohamed Salah a donné rendez-vous  à l’Afrique du football en juin et juillet prochains  au Caire à  l’Afrique du football  que recevra son pays à l’occasion de la phase finale de la CAN :  ‘’Je suis fier et très honoré d’être désigné pour la deuxième fois. Ce n’était pas évident, pour la première fois, on me disait que ça n’allait pas passer et c’est fait et cette année, il a fallu confirmer et c’est bien. Enfant, je rêvais déjà de Ballon d’or mais en gagner deux en deux années consécutives, c’est vraiment immense. Ces titres je vais les partager avec tous ceux qui ont contribué à ma formation de footballeur, mes éducateurs. Ma joie est encore plus grande avec la désignation de l’Egypte comme pays organisateur de la prochaine CAN. Avec l’aide du public, nous viserons un 8ème sacre pour notre pays. Et ce serait bien de voir le public revenir en masse dans les stades et permettre ainsi un nouveau cycle de victoires ».

En attendant le titre de champion d’Afrique dont il rêve et qui manque à son palmarès, l’enfant de Basyoun  va tenter de réaliser la saison  parfaite  avec son club en remportant le titre national et la Ligue ds champions. Deux objectifs que son club a manqué de peu en 2018.

@2022mag.com