Verra-t-on Karim Belhocine sur la première place du podium des entraîneurs  de Jupiler  Pro League lorsque viendra en afin de saison le temps  de dresser les lauriers ? Peut-être. Une chose est sûre, le coach de Charleroi n’a pas que l’estime et l’admiration – légitimes – des fans des Zébres.  Il est en train de gagner le respect de ses collègues. Et pas des moindres. il y a quelques jours, c’est le médiatique  Hein Vanhaezebrouck  qui a souligné la belle ascension du Franco-Algérien à Charleroi  : « C’était un risque, mais moi je le connais très bien et je savais que ça matcherait entre lui  et le Sporting  de Charleroi avait-il confié au site walfoot.be .

Avant de préciser sa pensée  . »  Il a hérité du groupe de Felice Mazzu, sans Victor Osimhen. Il a dû s’adapter. Ça a pris du temps, mais il a très bien fait ses devoirs.  Il est assez proche de ses joueurs, mais il est aussi très exigeant. Et il a fait les bons choix. Après la blessure de Diandy, par exemple, il a replacé Morioka un peu plus bas et là, il a marqué des points. Et avec la victoire du Sporting contre le Standard, il en a encore gagné quelques-uns. »

 Il faut souligner que  la grand  Hein connait très bien le natif de Vénissieux qu’il a eu comme joueur à Courtrai et Gand puis comme entraîneur adjoint à Anderlecht. Un autre entraîneur s’est montré élogieux en début de semaine dans les colonnes du quotidien   Laatste Nieuws. . Il s’agit de Fred Rutten  également passé par les Mauves : » C’est un travailleur acharné et il transmet ça à son équipe. Mais c’est aussi quelqu’un qui a soif d’apprendre; Il a appris à canaliser ses émotions. Il y a eu des moments où je devais lui dire: ‘Calme-toi, c’est comme ça que comme ça que tu rends les joueurs nerveux’. Mais il a trouvé un excellent équilibre. »  Pour rappel, arrivé cet été sur le banc des Carolos, Belhocine a déjà assuré la présence de son équipe fans la phase des Play-offs qui verra les six premiers batailler pour le titre.

@2022mag.com