Les compétitions africaines sont régulièrement sujettes à une contestation de l’arbitrage  même si depuis quelques années la qualité s’est nettement améliorée.  Mais dimanche à Berkane, dans un match de la  Coupe de la Confédération le sujet est revenu sur la table avec la vive protestation élevée par le Raja Casablanca  l’issue du match qui l’a opposé au RS Berkane (0-0). Le soir même les dirigeants des détenteurs du titre continental ont rendu publique la lettre envoyée à la Confédération africaine de football (CAF). et particulièrement  à Ahmad Ahmad son président.

Un mixte de contestation et de menace : « Le match n°135 de la coupe de la CAF, ayant opposé ce dimanche 3 mars 2019, la Renaissance sportive de Berkane au Raja Club Athletic a été marqué par un véritable massacre arbitral. Les erreurs répétitives et graves dont il s’agit sont : un but refusé à la 92e minute, 2 penalties refusés à répétition et avertissements non distribués. (…) Cette mascarade est une honte pour le football africain. Comment est-ce possible en 2019 d’assister à un tel spectacle contraire à toute éthique sportive ? ».

48359459_2119139144810004_2338950970773340160_n245

Après avoir avancé ses arguments, le grand club marocain met sur la table la menace de se retirer de la compétition africaine : « Le Raja ne peut rester indifférent à cette injustice et vous demande (au président de la CAF) solennellement de mener une enquête indépendante et approfondie sur le scandale arbitral qui a caractérisé le match susvisé et partant, rendre justice à notre club. Dans l’attente de votre réponse, monsieur le président, le Raja Club Athletic se réserve le droit de prendre toutes les mesures nécessaires visant à défendre le club pouvant aller, le cas échéant, à l’examen d’un éventuel retrait de toutes les compétitions africaines, y compris la prochaine Supercoupe d’Afrique prévue à Doha le 29 mars 2019″.  Il faudra suivre la réaction de l’institution faîtière football africain  dans les prochains jours. Ces derniers mois, les instances de l’arbitrage africain ont été saines de plusieurs affaires. la dernière a concerné le club égyptien Ismaily qui avait été exclu de la Ligue des champions avant d’être réintégré et ses matches en retard sanctionnés de huis clos.

@2022mag.com