Après le match nul  (2-2) concédé à domicile par l’Arabie Saoudite  face à la Bolivie, les sélectionneur des Faucons Verts n’a pas tardé à identifier le mal dont souffre son équipe  depuis  qu’il en a pris le contrôle en désignant le volet défensif et en promettant de  s’atteler à résoudre le problème:  » « Nous avons encaissé beaucoup de buts depuis que j’ai commencé avec l’équipe saoudienne, donc je pense qu’il est juste de dire que nous avons des faiblesses défensives », a confié Juan Antonio Pizzi, la solution au problème consiste à travailler, à travailler et à travailler, et c’est ce que nous ferons dans les semaines et les mois à venir. Nous travaillerons avec les joueurs pour accroître la cohésion défensive et nous préparer pour la Coupe d’Asie de la meilleure façon possible ». Il faut dire que les errements de la défense, 9 buts encaissés en trois matches, avaient coûté cher à l’équipe saoudienne.

Cependant, ce constat ne va pas le contraindre l’ancien séllectonneur du Chili à faire la révolution au sein du groupe auquel il fait confiance depuis sa nomination :  » Les joueurs qui ont été appelés lors du dernier stage, avaient été choisis parce qu’ils avaient bien performé dans la la Saudi Pro League . Je ferai probablement la même chose, alors je garderai un œil sur la ligue. Tout joueur peut rejoindre l’équipe s’il joue bien pour son club et qu’il est prêt à franchir un palier « . Il reste un mois avant  que les Faucons Verts affrontent l’une des meilleures équipes du monde, en l’ccurence le Brésil. Il ne faudrait donc pas que le math de gala tourne à la démonstration au détriment de la bande à Salem Al Dawsari. Ce serait préjudiciable sur le plan psychologique trois mois avant le Coupe d’Asie des nations.

@2022mag.com