Comme  le Serbe Milovan Rajevac et le Belge Georges Leekens, l’Espagnol Lucas Alcaraz a été limogé par la Fédération algérienne de football (FAF) après  quelques mois de présence à la tête de l’équipe d’Algérie. Un petit tour et puis s’en va. Trois sélectionneurs en moins d’un an, c’est du jamais vu dans l’histoire des Fennecs. Ce départ, met aussi en lumière l’absence d’un projet et d’une profonde réflexion de la part de l’institution qui gère le football algérien. Toutefois, la FAF n’en a pas fini avec le technicien espagnol, car il lui faudra négocier avec lui les conditions de son départ.

Recruté pour une période de deux ans sur la base mensuel de 60 000 euros, c’est près d’un million d’euros d’indemnités de licenciement que l’ancien entraîneur de Getafe est en droit de réclamer à son employeur. Sanctionné en raison d’une élimination piteuse du Mondial 2018, Alcaraz a toujours  affirmé que jamais une qualification en Coupe du monde n’a été inscrite dans son contrat.La nég ociation s’annonce difficile pour le président Kheireddine Zetchi et son équipe. Par ailleurs, les médias algériens sont déjà passés à autre chose. Parmi les noms susceptibles de prendre la relève du technicien andalou, le plus cité est celui de Djamal Belmadi, ancien international algérien, actuel entraîneur de Lekhwiya et  ex-sélectionneur du Qatar.

@2022mag.com