Installé sur le banc de l’équipe d’Al Sadd dont il a été joueur pendant trois saisons, Xavi Hernandez est devenu l’entraîneur de l’actuel meilleur club du Qatar  avec lequel il va disputer le Mondial des clubs  prévu   à Doha du 11 au 21 décembre. 

Il profite de la préparation de cet événement grandiose pour évoquer sa façon de travailler et ses options de jeu dont il dit qu’elle ne sont pas négociables :  » Oui, je ne peux pas concevoir le football sans la possession, a-t-il confié dans le colonnes du site Fifa.com,  Pour avoir la possession, il faut presser l’adversaire dans son camp et essayer de récupérer le ballon rapidement en se montrant agressif en perte de balle. Mes séances d’entraînement sont basées là-dessus. À mes yeux, le style de jeu est non négociable. Tout dépend bien sûr de l’adversaire et de sa manière d’attaquer et de défendre, mais je n’aimerais pas que mes joueurs restent à 11 derrière ou soient trop attentistes. En principe, Al-Sadd évoluera de cette manière dans ce Mondial des clubs.  Une chose est sûre : je ne changerai pas mon fusil d’épaule si je dois un jour entraîner un autre club ».

Al Sadd ( photo fifa.com)

Al Sadd ( photo fifa.com)

Et pour cette première participation à événement.mondial, l’ancienne star du FC Barcelone rêve, comme ses joueurs, de passer les deux premiers  pour s’offrir un duel historique avec le champion d’Europe Liverpool :  « Ce serait la cerise sur le gâteau, car ça voudrait dire que nous aurions éliminé le champion d’Océanie ( Hienghène Sport) puis celui de la CONCACAF, en l’occurrence Monterrey, une équipe de haut niveau. Nous ne serions pas favoris face aux Mexicains. Si nous accédons à la demi-finale, face à Liverpool, nous affronterons alors l’une des trois meilleures équipes au monde. Notre objectif est d’arriver jusque-là, mais il faut rester lucide, ce sera extrêmement difficile ». Il faut rappeler que le champion du Qatar version Xavi éprouve quelques difficulté depuis le début de la saison dans la Qatar Stars League.

@2022mag.com