L’entraineur uruguayen Martin Lasarte arrivé au Ahly après la campagne en Ligue des champions  découvre peut à petit l football égyptien. Après trois mois de compétition, il a réussi à remettre l’équipe dans la course pour la conservation des titre national en dépit du départ canon du Zamalek.

Interrogé par un quotidien de Santiago du Chili,  il a dressé un tableau plutôt flatteur de son club et de la Premier League :  » Je suis heureux de gérer un grand club important, qui compte de nombreuses réalisations internationales, a-t-il commencé par confier  à Publimetro, relayé par le site cairote kingFut.com,  Al Ahly est l’un des clubs les plus prestigieux au monde, avec plus de 50 millions de personnes qui le soutiennent, compte tenu du fait que la population égyptienne compte environ 100 millions d’habitants. Avant mon arrivée, la position de l’équipe était assez compliquée, car ils venaient de perdre la finale de la Ligue des Champions de la CAF, ce qui a forcé les dirigeants à  effectuer de nombreux changements majeurs au sein de l’équipe ».

Au sujet de la comparaison entre les footballs égyptien et sud-américain, il semble partagé :  » Il y a une différence. Je ne dirai pas que c’est meilleur ou pire, mais c’est différent. Il y a de bons joueurs et de bonnes performances. Dans certains cas, c’est comme le football européen on l’on aime  construire le jeu à partir de l’arrière et  avoir  la possession du ballon. La Premier League est très diversifiée. Le seul inconvénient c’est la qualité médiocre des pelouses. Elles ne sont pas meilleures qu’en Amérique du Sud ». Peut-on imaginer que Martin Lasarte ait pu prendre quelques conseils avant de signer chez les Red Devils auprès d’Hector Cuper son compatriote et ancien sélectionneur des Pharaons. Ce n’est pas une idée incongrue.

@2022mag.com