Les  clubs de  la Premier League égyptienne ont retrouvé le terrain  et les entraînements le 25 juin, presque trois mois après le confinement imposé le 15 mars. Et les joueurs semblent globalement  heureux de la nouvelle donne. A l’image du Sénégalais Aliou Badji  (22 ans)  qui avait rejoint Al Ahly en janvier dernier et n’a  pu  faire que sept apparitions en championnat où il a inscrit un but et délivré deux passes décisives.  » Revenir à l’entraînement de groupe, c’est formidable a-t-il confié dans un entretien accordé àa la chaîne de télévision du club, nous étions en effet très impatients de revenir nous préparer  au Tetch Stadium. Bien sûr, nous nous sommes entraînés sérieusement dans nos maisons au cours de la dernière période, histoire de maintenir notre forme mentale et physique, mais cela ne peut évidemment pas remplacer  le travail collectif ».

Sincèrement enthousiaste, le natif de Ziguinchor  promet déjà aux fans des Red Devils de se montrer efficace quand la compétition reprendra ses droits :  »  Je suis prêt à jouer avec l’équipe à tout moment, a ajouté  celui qui à l’évidence déborde d’ambition, et je promets aux fans d’Al Ahly de marquer des buts. maintenant que j’ai franchi avec  succès l’étape de  l’adaptation  et de l’intégration au groupe ». Par ailleurs, le joueur  qui a fait ses premières classes à reconnaît aussi que la période du confinement a été difficile pour lui : »La pandémie de coronavirus est arrivée n’a épargné personne,  mais c’était plus difficile pour moi parce que ma famille n’est pas présente au Caire, même si j’ai été en contact  quotidiennement avec eux grâce aux réseaux sociaux et à la vidéo ». Pour mémoire, Badji est arrivé au Caire en provenance du Rapid de Vienne où il avait inscrit 9 buts en 34 matches en 2019. Son contrat avec les octuples champions d’Afrique court jusqu’en 2022 et lui rapporte un salaire annuel de 625 000 euros. Ce qui en fait l’un des cinq joueurs les mieux rémunérés du club.

@2022mag.com