La première liste  des Aigles de Carthage établie par le nouveau sélectionneur Alain Giresse était à l’évidence attendue et devait être scrutée de près par les suiveurs du football tunisien. Choix et non choix commentés. Le technicien  français s’attendait à l’exercice et y a répondu sans détour .

D’abord en expliquant ce premier stage serait l’occasion non seulement de préparer les deux matches contre le Swaziland (officiel)  et l’Algérie (amical) mais aussi de présenter à son groupe sa façon de travailler et ce qu’il en attend :  » Ce sera l’occasion pour moi de leur expliquer ma vision des choses, ma façon de travailler et ce que j’attends d’un joueur international, a confié l’ancien international français en conférence de presse,  le collectif rend le joueur plus fort et est l’un des principes qui m’est cher et que je tiens à faire savoir au groupe lors de ce premier contact. Je vais parler également avec les joueurs des objectifs de la sélection nationale, à court terme d’abord avec la CAN qui se pointe à l’horizon ».

Sur certains retours et certaines absences, Giresse a donné  ses arguments:  « Concernant le poste de latéral droit, c’est un choix sportif de préférer Larry Azzouni à Hamdi Nagguez, et ce, par rapport au dernier match comptant pour les éliminatoires de la CAN. Certes, la qualification est déjà assurée, mais nous jouerons pour la première place de notre groupe, honorifique soit-elle. Je n’ai rien contre Hamdi Nagguez, tout comme Rami Jéridi du reste. Par ailleurs, et concernant le poste de gardien de but, j’ai fait mes choix en raison des affinités entre les uns et les autres. Le poste de gardien de but est particulier et on a besoin surtout de joueurs qui s’apprécient et qui s’intègrent bien entre eux. Quant à Youssef Msakni, il n’a pas été préféré à Hamdi Harbaoui dans la mesure où ce dernier a annoncé sa retraite internationale. Youssef Msakni a été convoqué parce que c’est un joueur de qualité et tout le monde connaît la place qu’il occupait au sein de l’équipe nationale. C’est un joueur qui se restitue et je suis de près son évolution au quotidien à travers son entraîneur au club, Claude Makélélé ».

En vérité Hamdi Harbaoui n’a pas clairement dit qu’il refuserait toute sélection. Lors de ces dernières sorties médiatiques, en Belgique principalement, le joueur de Zulte Waregem,a exprimé l’idée qu’il était un mal aimé de la sélection et qu’il en prenait acte. Le buteur aurait sans douté aimé que le nouveau sélectionneur lui tende la perche. Il aurait sans doute terminer sa carrière internationale ( il a 34 ans ) sur une phase finale de la CAN dautant qu’il est dans une forme éblouissante en club.

@Cheikh Mabele